Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 24/10/2017 10H30

Demain, tous crétins ? Document inédit le 11 novembre prochain (perturbateurs endocriniens).

Baisse du QI, explosion des retards mentaux...les tests les plus sérieux démontrent un déclin des capacités intellectuelles humaines. Alors que les preuves s’accumulent, des experts accusent certains polluants. Après notre fertilité, notre intelligence serait-elle menacée ? Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade (Mâles en péril) révèlent un phénomène des plus inquiétants.

Documentaire inédit de 52 minutes à découvrir samedi 11 novembre, à 22h30 sur ARTE.

Et si l’humanité basculait dans la stupidité, comme le décrit avec cruauté le film Idiocratie de Mike Judge? Depuis vingt ans, les scientifiques constatent avec inquiétude que les capacités intellectuelles ne cessent de diminuer à l’échelle mondiale. Une baisse du QI a été observée dans plusieurs pays occidentaux. À cela s’ajoute une explosion des cas d’autisme et des troubles du comportement. En cause : les perturbateurs endocriniens, ces molécules qui bouleversent le fonctionnement de la thyroïde, essentielle au développement cérébral du foetus.

Aux États-Unis, chaque bébé naît avec plus de cent molécules chimiques dans le sang. Présents dans les pesticides, les cosmétiques, les mousses de canapé ou encore les plastiques, ces produits chimiques ont envahi notre quotidien : nous baignons dans une véritable soupe chimique. Mais comment limiter leurs effets ? Quelles solutions peut-on mettre en place pour préserver les cerveaux des futures générations ?

Huit ans après Mâles en péril, qui révélait l’impact des perturbateurs endocriniens sur la fertilité, cette nouvelle enquête édi ante de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade dévoile l’effet néfaste de ces polluants sur notre santé mentale. Demain, tous crétins ? relaie la parole de chercheurs engagés dans la société civile, comme la biologiste Barbara Demeneix, spécialiste de la thyroide, ou encore la biochimiste américaine Arlene Bloom qui mène depuis les années 1970 un combat acharné contre l’utilisation des retardateurs de ammes. Les résultats de leurs études nous alertent sur ce problème de santé publique, dont les législateurs, sous l’influence des lobbys industriels, ne prennent pas encore la mesure.

Crédit illustration © YUZU Productions

Commenter cet article