Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 29/09 10h28

Violences sexuelles : le témoignage de Sandrine Rousseau dans le livre Parler.

Violences sexuelles : pour en finir avec la loi du silence. Accroche du livre Parler, écrit par Sandrine Rousseau et paru avant-hier en librairies. Il est édité par Flammarion et son prix est d'environ 19 euros.

Sandrine Rousseau, quadragénaire, est secrétaire nationale adjointe d'Europe Ecologie Les Verts. Elle a témoigné dans l'affaire Denis Baupin, classée sans suite pour cause de prescription.

L'auteur, invitée d'on n'est pas couché ce samedi (violente altercation avec Christine Angot, a-t-elle révélé vendredi sur RTL), présente ainsi cet ouvrage :

"Les chiffres sont effrayants : seule une victime de violences sexuelles sur dix porte plainte, seul un agresseur sur cent sera condamné par la justice. Cette impunité est un fléau qui ronge notre société et se nourrit du silence des femmes et surtout de leurs peurs. Peur de n'être pas crue, pas entendue, pas respectée. Peur de perdre leur emploi, leurs ami(e)s, leur famille.

J'ai écrit ce livre comme on défriche un chemin. Pour que d'autres, plus nombreuses, puissent l'emprunter ensuite. J'ai marché dans les pas de celles qui, avant moi, avaient dit "non" et demandé que justice soit faite. J'ai entendu des femmes dire qu'il était plus dur de parler que de se taire. Se taire, c'est croire que, seule, nous parviendrons à "passer à autre chose". C'est faux dans la plupart des cas. Les blessures peuvent être invisibles mais elles existent. Briser la loi du silence est un remède qui peut être douloureux au début mais aide à se réconcilier avec soi-même, à être plus forte ensuite.

Parler permet de faire en sorte que les auteurs de ces violences sentent enfin le vent tourner. Il n'y a pas de plus puissant facteur de libération des femmes dans leur ensemble que de défier cette forme de domination et de dénoncer les agressions et harcèlements dont nous pouvons être victimes. Parlons, sans haine et sans hargne, mais parlons."

Commenter cet article

AMADIOU Ourdia 06/10/2017 01:59

La societe protege inconsciemment voire consciemment les violeurs.

AMADIOU Ourdia 06/10/2017 01:56

Bonjour,
Mme Rousseau a raison de remettre ce sujet extremement tabou sur la table afin que nous nous interrogions toutes et tous sur les raisons de la peur des personnes victimes à parler . Car en effet comme l a dit Angot entre tres agressivement, parler n est jamais neutre , parler à qui ? , comment? , et puis ce statut de victime tellement lourd a porter par les victimes , la suspicion systematique de la societe sur les personnes victimes.... Beaucoup d obstacles auxquelles se heurtent les individus victimes par des violeurs et autres agresserurs sexuels restent impunis ou meme jamais denonces car la societe inconsciement voire conciemment les violeurs.