Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 18/10 12h00

A voir ce soir sur ARTE : remarquable Vincent Lindon dans La loi du marché.

Le film français La loi du marché, porté par Vincent Lindon qui a obtenu le prix d'interprétation à Cannes puis un César pour sa performance, est diffusé ce mercredi sur ARTE, en première partie de soirée.

Drame de Stéphane Brizé, qu'il a co-écrit avec Olivier Gorce. Avec côté distribution de nombreux acteurs non professionnels.

Thierry est au chômage. Accablé par les procédures judiciaires engagées contre son ancien employeur et les entretiens d'embauche infructueux, il enchaîne les formations que lui propose son conseiller Pôle Emploi. Pour parvenir à payer son bien immobilier et couvrir les frais de scolarité de son fils handicapé, il accepte un poste de vigile dans un supermarché. Ce nouvel emploi le confronte bien vite à des dilemmes moraux.

Stéphane Brizé : "Je regarde la vie d’un homme qui a donné son corps, son temps et son énergie, pendant 25 ans a une entreprise avant d’être mis sur la touche parce que des patrons ont décidé d’aller fabriquer le même produit dans un autre pays à la main d’oeuvre moins chère. Cet homme n’est pas mis dehors parce qu’il fait mal son travail, il est mis dehors parce que des gens veulent gagner plus d’argent. Thierry est la conséquence mécanique de l’enrichissement de quelques actionnaires invisibles. Il est un visage sur les chiffres du chômage que l’on entend tous les jours aux informations. C’est parfois juste une brève de deux lignes mais cela cache des drames absolus. Il ne s’agissait pas par contre de s’égarer dans le misérabilisme. Thierry est un homme normal (même si depuis quelques années, la notion de l’homme normal a été un peu esquintée) dans une situation brutale : Le chômage durant plus de 20 mois après la fermeture de son usine et l’obligation d’accepter à peu près n’importe quel travail. Et quand ce travail place l’individu face à une situation moralement ingérable, que peut-il faire ? Rester et devenir le complice d’un système inique ou partir et retrouver la précarité ? C’est la question du film. La place d’un homme dans un système."

Crédit photo © Nord-Ouest Films - ARTE.

Commenter cet article