Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 01/11/2017 11H10

Le 22 novembre sur France Ô, état des lieux après le passage d'Irma.

Mercredi 22 novembre dès 20h55 sur France Ô : la journaliste Nella Bipat s'est rendue à Saint-Martin dans les jours qui ont suivi ce terrible cyclone, pour rencontrer des professeurs, des techniciens, des médecins, des artisans, des élus... Tous ont à cœur de panser les plaies béantes de leur chère île. 

Le 5 septembre dernier, le phénomène qu’on a surnommé « l’ouragan du siècle » s’abat sur Saint-Martin. En quelques heures, porté par des vents dévastateurs soufflant à plus de 300 km/h, Irma détruit 95 % de l’île. Le petit coin de paradis se réveille en enfer. Immeubles éventrés, rues transformées en décharges, bateaux échoués au beau milieu des maisons. Saint-Martin doit faire face à des difficultés colossales à surmonter : l’approvisionnement en eau -vitale-, le déblaiement des rues, le retour de l’électricité, la réouverture des commerces... Alors que 8 500 personnes ont quitté l’île de manière précipitée - dont de nombreux fonctionnaires- il faut répondre à l’urgence absolue : héberger et nourrir les sinistrés. En marge de cette nécessité commence alors un chantier titanesque : relever Saint-Martin. Si les autorités y voient une opportunité, non pas de reconstruire mais plutôt de construire, sur l’île on manque de tout, mais pas d’espoir !

Le magazine Investigatiôns fait un état des lieux quelques semaines après le passage d’Irma. Nella Bipat part à la rencontre des habitants qui dévoilent leur quotidien mais aussi des bénévoles de la Croix-Rouge, de la sécurité civile, des fondations qui apportent leur savoir-faire et leur expérience après ce genre de catastrophes naturelles. Le magazine donne aussi la parole à ceux qui faisaient vivre l’île jusqu’alors : les acteurs du secteur touristique, décidés à faire repartir l’économie locale. Portrait enfin de cette « génération Irma » qui se mobilise coûte que coûte pour retrouver le sourire, malgré des dégâts estimés à plus d’un milliard d’euros.

Crédit photo © LF Prod

Commenter cet article