Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 20/11/2017 15H55

Le chef-d'oeuvre Le corbeau, de Clouzot, diffusé ce lundi soir sur ARTE.

A découvrir si vous n'avez jamais vu ce chef-d'oeuvre du cinéma français : Le corbeau, d'Henri-Georges Clouzot (1943). Diffusion ce lundi 20 novembre à 20h50 sur ARTE.

Une petite ville française sous l’Occupation est gagnée peu à peu par la suspicion à la suite d’une série de lettres anonymes écrites par un mystérieux corbeau. Germain, un médecin au passé trouble, est la première cible de ces mystérieuses correspondances. Trois femmes, dont une vamp boiteuse, sont tour à tour soupçonnées. Mais, peu à peu, les pistes se brouillent…

Scénario : Louis Chavance.

Avec : Pierre Fresnay (le docteur Rémi Germain), Noël Roquevert (Saillens), Pierre Larquey (Michel Vorzet), Ginette Leclerc (Denise Saillens), Héléna Manson (Marie Corbin), Micheline Francey (Laura Vorzet).

Via ARTE :

"Le deuxième film de Clouzot, inspiré par un fait divers du début des années 1920 – une femme avait inondé la ville de Tulle de lettres signées "L’Œil du tigre" avant d'être confondue par un graphologue à l’issue d’une dictée de plusieurs heures –, baigne dans le clair-obscur. Le film invite à une descente aux enfers, suivant un cycle qui mène indéfiniment à un nouveau vice – délation, rumeur, crime –, renvoyant sans égards le spectateur des années 1940 à sa propre mauvaise conscience. Le réalisateur abolit la distanciation traditionnelle entre la fiction et le public, si bien que ce dernier se retrouve complice du mal par le simple fait d’y assister. Si le film constitue un terrible procès de la France sous l’Occupation, Clouzot se refuse à condamner ses personnages en bloc, et les accompagne avec leurs difficultés et leurs contradictions au plus épais de leur vie quotidienne. Ambivalent lui-même, il travaille alors pour la Continental-Films, une société de production financée par les Allemands, qui le congédieront après ce film. Ce dérangeant Corbeau connaîtra le succès mais attirera des ennuis de toutes parts à son auteur, conspué à la fois par les autorités allemandes, le clergé français et la Résistance. Le film sera même interdit à la Libération, et Clouzot devra attendre deux ans avant de tourner à nouveau."

Commenter cet article