Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 21/01 13h45

Pandémies, enquête sur une traque planétaire ce dimanche soir sur France 2.

Pandémies, enquête sur une traque planétaire. Sujet de Cellule de Crise, présenté par Julian Bugier ce dimanche 21 janvier à 23 heures sur France 2. Un documentaire de Linda Bendali.

La France est-elle armée pour faire face à une épidémie de grande ampleur ? Alors que les scientifiques s’inquiètent de la menace d’une mutation du virus de la grippe aviaire qui ferait des millions de victimes, avons-nous tiré les leçons des alertes passées ?

En 2003, un médecin chinois porteur d’un virus inconnu contamine 16 personnes dans un hôtel de Hong Kong. En 48 heures, avec les avions, le mal mystérieux se propage dans le monde entier. Un petite équipe de médecins français est la première à signaler le Syndrome respiratoire aigu sévère, le SRAS, à Hanoï. Plusieurs soignants sont prêts à se sacrifier pour contenir la maladie au sein de leur hôpital, mais l’un d’entre eux prend la fuite et importe le virus en France ! Les autorités françaises prises au dépourvu se mobilisent en urgence, pour éviter la contagion, tandis que les chercheurs du monde entier se lancent dans une compétition pour identifier la source du mal.

En 2009, la mort de plusieurs Mexicains victimes du virus H1N1 est à l’origine d’une nouvelle alerte mondiale. Bras de fer avec les laboratoires, concurrence entre Etats, les gouvernements rivalisent pour obtenir des vaccins. La dangerosité du virus est finalement revue à la baisse, mais la France s’obstine à mettre en œuvre une vaste campagne de vaccination qui tourne au fiasco et entame durablement la confiance des Français : 40 % n’ont plus confiance dans les vaccins, ce qui fait du pays de Pasteur l’un des plus réticents au monde face à la vaccination !

Comment empêcher une contagion mondiale ? Peut-on hospitaliser de force un malade qui refuse les soins ? comment restaurer la confiance dans les vaccins ?

Crédit logo © Brainworks.

Commenter cet article