Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 25/01/2018 7H25

Participation exceptionnelle de Meryl Streep dans la saison 2 de Little Big Lies.

Participation exceptionnelle de la comédienne Meryl Streep, qui détient un record de nominations aux Oscars, à la saison 2 de Little Big Lies saison 2, rapporte Variety.

Elle interprètera Mary Louise Wright, la mère de Perry Wright (Alexander Skarsgård). Son salaire serait de 800.000 dollars par épisode.

Série créée par Jean-Marc Vallée, avec Nicole Kidman, Reese Witherspoon et Shailene Woodley, diffusée en France sur OCS.

Le synopsis de la saison 1 :

Bienvenue dans la petite ville côtière de Monterey, en Californie du Nord, à deux heures de route de San Francisco. Ici, on regarde la mer depuis sa villa dans les hauteurs, on emmène ses enfants à l’école dans de belles voitures et des tenues parfaites et on connait tout le monde par son prénom. C’est ce que va découvrir Jane Chapman (Shailene Woodley), mère célibataire d’un garçon étrange, fraîchement débarquée de Santa Cruz qu’elle a quitté pour fuir un passé douloureux.

À Monterey, elle veut se reconstruire. Jane est accueillie par Madeline Mackenzie (Reese Witherspoon), mère au foyer énergique et lumineuse. Elle ne tarde pas à lui présenter toute la (très encombrante) petite communauté de Monterey, dont sa meilleure amie, Celeste Wright (Nicole Kidman), ex-avocate mariée à un homme plus jeune et mère de deux garçons. Ce petit groupe de femmes se resserre pour faire face à un incident qui a lieu dans l’école de leurs enfants respectifs, et qui va bouleverser leurs vies bien plus qu’il n’y paraît. Car à Monterey, être mère est le plus dangereux et viscéral des métiers, une carrière pour laquelle elles sont toutes prêtes au meilleur… comme au pire !

Le pire, c’est le meurtre. Un meurtre dont nous allons suivre l’enquête diffcile, pavée de fausses pistes et de rumeurs, dans ce petit monde où les façades cachent de nombreux secrets. Préparez-vous à vous méfer de tout et tout le monde…

Commenter cet article