Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 08/04/2018 9H55

Tout faire pour protéger les enfants maltraités : document ce dimanche dans Zone interdite sur M6.

Un document de Sabrina Van Tassel à découvrir ce dimanche 8 avril à 21 heures sur M6. Présenté par Ophélie Meunier.

L’an dernier, la police a recensé plus d’un enfant par semaine mort sous les coups de ses parents. Ils s’appellent Bastien, Inaya, Loan ou Tony... et leurs prénoms résonnent comme une litanie. Pour éviter ces drames, les brigades des mineurs, les juges des enfants et l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) mettent tout en œuvre pour détecter les enfants en danger et les protéger.

Ophélie Meunier et les équipes de “Zone Interdite” ont pu suivre les signalements, les placements en foyer, et la reconstruction de ces enfants malmenés ou même violentés. Les plus petits, âgés parfois de quelques mois, sont placés en pouponnières. Certains, comme Kassandra ou Yohan resteront dans ces structures jusqu’à leurs 18 ans.

Maltraitances, carences éducatives, délaissement, comment ces enfants sont-ils pris en charge ? Dans quelles conditions leurs parents pourront-ils en retrouver la garde ? Peut-on se remettre d’une enfance placée sous le signe de la maltraitance ?

Exceptionnellement la réalisatrice Sabrina Van Tassel a pu lmer au plus près des enfants et des familles, le travail des juges des enfants et des éducateurs de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Mais quand l’irréparable a été commis, comment la justice traite-t-elle ces affaires ultra-sensibles ? Le cas de la petite Fiona a récemment ému l’opinion publique. Sa mère avait pleuré sa disparition devant les caméras de télévision alors que la petite lle de 5 ans était morte sous ses coups et ceux de son nouveau compagnon. Depuis quatre ans, le père biologique de Fiona, Nicolas Chafoulais, lutte pour connaître la vérité sur la mort de sa fille dont le corps n’a jamais été retrouvé. L'équipe de ce sujet a pu suivre son combat dans toutes les étapes d’un procès éprouvant.

Ce documentaire aborde tous les stades de la maltraitance, de l’ordinaire à l’irréparable et confronte tous les points de vue, ceux des représentants de la société comme ceux des enfants victimes ou ceux des parents maltraitants. Et surtout, malgré les insupportables souffrances des enfants, il parvient à ouvrir des perspectives d’espoir.

Sabrina Van Tassel : "J’ai voulu comprendre le processus qui se met en place à la suite d’un signalement de maltraitance. Dans le documentaire, je pense que l’on voit bien le parcours d’un enfant en danger. Que ce soit l’arrestation du parent maltraitant par la brigade des mineurs, le placement administré par les juges des enfants, puis le long parcours des enfants placés au sein de l’aide sociale à l’enfance et le travail des travailleurs sociaux. J’ai voulu comprendre comment ces enfants au parcours de vie dif cile pouvaient se reconstruire. (...) Tout ce qui touche aux enfants maltraités est extrêmement périlleux. Il m’a fallu des mois de négociation pour obtenir le droit de filmer dans des foyers mandatés par l’aide sociale à l’enfance. En particulier le centre d’hébergement d’urgence et la pouponnière que l’on m’a finalement autorisé à filmer au bout de huit mois. Je ne pense pas qu’une caméra n’ait jamais été autorisée dans ce lieu. L’aide sociale à l’enfance de Moselle a compris que j’étais là pour montrer le travail qui était mis en place pour venir en aide aux enfants. Observer le dévouement des travailleurs sociaux et recueillir la parole des enfants maltraités a été privilège que je n’oublierai jamais."

Crédit photo © Giraf Prod

Commenter cet article

SPECIALE 27/03/2018 17:44

Vous avez le permis de conduire,de bateaux,d'avion,de camions,pourquoi qu'il aurait pas une formation pour savoir si le couple est capable d'élever l'enfant correctement.Nous le voyons tous les jours dans les magasins,que des Parents sont incapables d'élever des enfants.Lorsqu'un enfant est mal traité,il lui reste toujours des séquelles.

pat 23/03/2018 09:44

c'est exact, les ordonnance de placements proviennent d'un juge et non pas du bon vouloir du travailleur social !!! arrretez avec ces rumeurs de placements abusifs !! lorsqu'un placement est decidé, cela veut dire que toutes les autres solutions mises en place en amont ont echouees.

Diana Liniado 22/03/2018 00:03

Avant de dénoncer et d´avoir recours à la justice, il faut aider et soutenir ces enfants. On travaille dans ce but https://www.youtube.com/watch?v=x2VUqaBaXDg

stop 21/03/2018 20:49

sachant que dans certains cas, ces enfants décès étaient suivit par l'ASE qui était trop occupé à placer des enfants inutilement sur de simple suspicion. De nombreux témoignages en ce sens, se dévoilent d'année en année, de jour en jour.

Binet 23/03/2018 07:46

Sachez STOP que l'ASE place les enfants uniquement sur ordonnance du juge et non au bon bouloir du travailleur social.