Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 04/07 6h30

Au cinéma dès ce mercredi : Au poste, film de Quentin Dupieux.

OVNI en vue dans les salles dès ce mercredi 4 juillet.

Au poste, film écrit et réalisé par Quentin Dupieux, est interprété par Benoit Poelvoorde et Grégoire Ludig, ainsi que Marc Fraize, Anaïs Demoustier et Philippe Duquesne.

Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect.

Durée du film très courte : environ 1h15 !

Benoît Poelvoorde à propos de Quentin Dupieux  : "Je n’avais vu que Rubber, sans savoir que c’était de lui. (...) J’ai tout de suite aimé le scénario que j’ai lu en étant constamment plié de rire. C’est un des scénarios les plus drôles et mieux écrits que j’ai pu lire. On est allé boire un verre et j’ai tout de suite compris que j’avais affaire à quelqu’un de très singulier. On était censé se voir une heure pour faire connaissance, se renifler le derrière, et finalement on a passé toute la soirée ensemble. (...) En vieillissant, j’ai besoin de savoir ce que le réalisateur a en tête. Quentin sait exactement ce qu’il veut. Il est impressionnant de précision. Il travaille d’ailleurs sans combo (soit l’écran de contrôle aujourd’hui utilisé sur presque tous les tournages), sans perdre une seconde, sans personne d’inutile sur le plateau. Il fait lui-même la lumière et le cadre, si bien que contrairement aux autres tournages, je n’ai quasiment jamais attendu entre les prises! On n’a fait que travailler, travailler, ce qui m’a beaucoup plu !"

Quentin Dupieux :  "J’ai pu expérimenter des choses très intéressantes dans les quatre films que j’ai tournés aux États-Unis, mais quand j’ai dirigé Alain Chabat et Jonathan Lambert en français dans Réalité, je me suis rendu compte que j’étais bien plus à ma place pour maîtriser le langage et construire des personnages en profondeur. Je me suis senti plus efficace, plus capable, par le simple fait de parler dans ma langue et par la culture commune que je partage avec Chabat et Lambert. Mes films américains se sont faits un peu au détriment de ma plume. Creuser dans une langue que je comprends parfaitement, comme je le fais avec Au poste !, me permet d’avoir une palette plus étendue. C’est un peu comme si je découvrais les couleurs".

Commenter cet article