Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 04/07 6h28

Nikos Aliagas et la matinale d'Europe 1 : « Je n’ai pas de formule magique, mais je pense avoir un petit savoir-faire. »

Entretien avec Nikos Aliagas dans les colonnes du quotidien Aujourd'hui en France. Parmi les sujets évoqués, évidemment la matinale d'Europe 1 qu'il reprend à la rentrée.

Il dit avoir accepté pour le défi  et a pris le temps de réfléchir, par respect pour TF 1 et pour les gens avec qui il travaille. "Ça peut paraître un peu abstrait, mais mon instinct me dit d’y aller. Je me suis dit que la vie était courte".

Nikos rappelle qu'il a présenté le journal en Grèce mais aussi sur TMC, tous les soirs entre 1993 et 2000. "En fait, j’ai passé plus d’années dans des rédactions que dans des studios de télévision. J’ai été journaliste. Je suis devenu animateur. Aujourd’hui, je suis l’un et l’autre."

Concernant l'équipe qui l'entourera chaque matin sur Europe 1, Nikos Aliagas confirme qu'il y aura Audrey Crespo-Marat pour l’interview, David Abiker pour la revue de presse, Jean-Michel Aphatie pour la politique. Julie et Laurent Cabrol tout comme Nicolas Canteloup. "J’essaierai surtout d’être le chef d’orchestre de la rédaction. Le rôle du chef d’équipe, c’est aussi de mettre dans la lumière les journalistes de la rédaction".

A noter que Nikos Aliagas aura un entretien très large, où alterneront des inconnus et des personnalités dans l’actualité. Y compris des politiques. "Je n’ai pas la présomption de devenir un journaliste politique, mais est-ce que j’ai besoin que ce soit marqué sur mes cartes de visite pour poser des questions  ?"

A propos des audiences, Nikos  pense que les gens veulent qu’Europe 1 aille bien. "Une radio qui traverse des bourrasques, ce n’est bon pour personne. Je n’ai pas de formule magique, mais je pense avoir un petit savoir-faire. Il y a un ton à retrouver. J’y vais en technicien et avec humilité".

Entretien complet à lire dans Aujourd'hui en France ou Le Parisien ce mercredi 4 juillet.

Commenter cet article