Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 28/09 13h42

ARTE diffuse ce vendredi soir un portrait haut en couleurs de Jean-Charles de Castelbajac.

Un documentaire inédit ce vendredi à 22h45 sur ARTE : L'épopée pop de Jean-Charles de Castelbajac. Film de 52 minutes, de Mathieu César, Stéphanie Trastour, Fabine Henrion.

(Auto)portrait haut en couleur d’un couturier à part, touche-à-tout éternellement inspiré qui a rhabillé le Pape comme Lady Gaga.

Il a illuminé le clergé aux couleurs de l’arc-en-ciel et constellé d’étoiles la chasuble de Jean-Paul II pour les Journées mondiales de la jeunesse catholique en 1997 («Mon plus grand défilé !») ; dansé avec les Sex Pistols et hanté les nuits du Palace ; habillé Lady Gaga, les Daft Punk et Beyoncé, après Andy Warhol et Farrah Fawcett; repeint de ses couleurs fétiches (bleu, blanc, rouge et jaune, avec parfois une touche de vert) l’aéroport d’Orly comme son manoir familial du Gers. Ses collections ont été exposées dans les plus grands musées du monde. Et son nom à particule se résume dans la mode à ses initiales, « JCDC », alias Jean-Charles de Castelbajac.

Designer, peintre, couturier, il n’a eu de cesse d’anticiper son époque par de nombreux courants tels que l’« anti- mode » fondée sur le détournement, l’accumulation et l’appropriation proche du situationnisme et du dadaïsme. Il a bousculé et réinventé les codes de la création en entrechoquant la poésie et le pogo, la philo et le prêt-à-porter, le hip-hop et le pop art, le Moyen Âge et les cartoons, la haute couture et le grand public.

Celui qui se définit aujourd’hui comme « Craieateur », laisse sa trace poétique sur les murs du monde entier et propage son style à travers de multiples directions artistiques. Dans cet (auto)portrait inspiré, illustré de ses dessins, il évoque pêle-mêle, ses débuts dans la mode, en 1968 (il a 17 ans), son parcours épique et ses coups de coeur permanents (Vivienne Westwood, Malcolm McLaren, Keith Haring, M.I.A...). 

Crédit photo © M Barthout

Commenter cet article