Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 01/05/2020 9H55

La fiction à (re)voir ce vendredi 1er mai : Jonas, avec Félix Maritaud et Nicolas Bauwens sur ARTE.

Au festival de la fiction TV La Rochelle, le téléfilm Jonas n'est pas passé inaperçu en 2018.

Meilleur téléfilm.

Meilleure réalisation.

Meilleure musique (Alex Beaupain).

Écrit et réalisé par Christophe Charrier, il est rediffusé ce vendredi 1er mai à 21 heures sur la chaîne ARTE (et déjà disponible en vidéo à la demande)

Avec : Félix Maritaud, Nicolas Bauwens, Tommy-Lee Baïk, Aure Atika, Ilian Bergala, Marie Denarnaud.

La vie tourmentée d’un homme marqué par un lourd secret d’adolescence.

1997. Le père de Jonas fait le plein pendant que son fils (Nicolas Bauwens), 15 ans, joue à la Game Boy à l’intérieur du véhicule. À son retour, il le découvre enfermé à double tour, terrorisé. Que s’est-il passé ? À 30 ans, Jonas (Félix Maritaud) est devenu un homme instable et destructeur, enchaînant les amants et les soirées en boîte. Rongé par la culpabilité, il va enfin oser convoquer les souvenirs du passé et revoir la mère de son ami disparu dramatiquement quand il avait 15 ans...

Christophe Charrier : "La première scène a pour but d’attirer l’attention du spectateur : elle pose un enjeu fort, mais dont on ne comprend pas vraiment la teneur. Qu’est-il arrivé à Jonas ? À partir de là, j’ai cherché à disséminer différentes pistes, de façon à construire un récit toujours surprenant. Je m’interroge beaucoup sur la manière de tenir en haleine le spectateur d’aujourd’hui, qui, avec l’habitude de regarder des séries, est de plus en plus aguerri. Ainsi, on suit pas à pas Jonas adulte et adolescent. On éprouve toutes sortes d’émotions à ses côtés. C’est comme un cercle qui se forme progressivement, et qui fait écho à l’enfermement psychologique du personnage. Puis, à mi-parcours, un nouveau personnage entre en scène, et le film prend une autre route. On cesse de déambuler avec Jonas pour s’attaquer au cœur du sujet."

Crédit photo © ECDL

Commenter cet article