Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 03/03 9h15

Les vidéos d'On n'est pas couché samedi, avec Cédric Villani, Clémentine Autain, Roselyne Bachelot...

Présenté par Laurent Ruquier samedi 2 mars à partir de 23h40 sur France 2, un nouveau numéro du talk On n'est pas couché devant un peu plus de 900.000 téléspectateurs en moyenne.

L'animateur, entouré de Christine Angot et Charles Consigny, recevait :

CÉDRIC VILLANI pour le livre « Immersion » (De la science au Parlement) aux éditions Flammarion.

ROSELYNE BACHELOT pour l'ouvrage « Corentine » aux éditions Plon.

CLEMENTINE AUTAIN qui a écrit « Dites-lui que je l’aime », paru aux éditions Grasset.

JEREMIE ELKAIM pour le film « On ment toujours à ceux qu’on aime » de Sandrine Dumas. 

CLAUDIO CAPEO pour l'album « Tant que rien ne m'arrête » ; live inclus :  « Mourir d'armure » avec le pianiste Gille Dorn.

À propos de « Dites-lui que je l’aime », de Clémentine Autain :

Il aura fallu trente ans pour que Clémentine Autain écrive sur sa mère, la comédienne Dominique Laffin, morte en 1985. Clémentine en avait 12 et déjà un long et douloureux chemin avec cette mère en souffrance, égarée, incapable de prendre soin de sa fille. Clémentine Autain s’est construite en fermant la porte aux souvenirs, en opposition avec cette mère dont, petite fille, elle avait parfois dû s’occuper comme d’un enfant. Aujourd’hui, elle n’occulte rien, dit avec justesse le parcours tragique d’une femme radieuse et brûlée, passionnée de vie, actrice magistrale, féministe engagée mais dévorée par ses angoisses et prise au piège d’une liberté dangereuse.
Dites-lui que je l’aime : dans ce récit poignant dont le titre rappelle le film éponyme, Clémentine Autain rend justice à une figure oubliée des uns, culte pour les autres. Elle retrouve ce qu’elle lui doit, son féminisme, sa propre maternité peut-être. Et malgré l’âpreté des souvenirs, elle écrit un récit d’une grande douceur, une lumineuse lettre d’amour.

Commenter cet article