Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 05/06/2019 8H

Écrit et réalisé par Fabien Béziat, le document Les trésors de Pagnol sera diffusé ce mercredi 5 juin peu après 21 heures sur France 3. Avec la voix de Fabrice Luchini.

Comment oublier les bartavelles de La Gloire de mon père ? La savoureuse partie de cartes de « la trilogie marseillaise » ? L’émouvante tirade du boulanger à la Pomponette ?

Un film présenté ainsi :

"Réservoir à dictées pour plusieurs générations d’écoliers, l’œuvre littéraire et cinématographique de Pagnol appartient au patrimoine culturel français. Et pourtant, pas l’ombre d’un grand documentaire… brigand de sort ! Ce parleur insatiable, génie multiple et prolifique, méritait mieux que ce silence. Au fil de ses œuvres, carnets, journaux intimes, notes et souvenirs — des Mémoires à la correspondance, en passant par les Confidences et les Carnets de cinéma —, on découvre un homme ambitieux, téméraire et sûr de ses idées, qui menait chaque projet à terme, sans jamais perdre espoir ni se soucier du qu’en-dira-t-on. Un incorrigible curieux qui s’entêta à imposer le cinéma parlant à une époque où personne n’y croyait ; un ami fidèle, demeuré proche, malgré leurs différends, de Raimu ou d’Albert Cohen. Et un éternel enfant, qui rêva d’offrir un « Hollywood provençal » à sa région natale. À l’appui de nombreuses archives inédites, d’extraits de films, romans, pièces de théâtre et du précieux soutien de son petit-fils, Nicolas Pagnol, ce film rendra hommage à ce grand auteur populaire, qui fit de sa vie une œuvre et de son œuvre un projet de vie".

 Les Trésors de Marcel Pagnol : document narré par Fabrice Luchini ce soir sur France 3.

Fabien Béziat :

J’essaie de faire rire des gens qui ont bien des raisons de pleurer », disait Marcel Pagnol.

Chez Pagnol, les colères d’un Raimu sont théâtrales, outrancières, comme éclatent les orages d’un ciel trop lourd d’une nuit d’été dans les collines. Le drame, lui, est toujours souterrain, secret. Une épouse trop tôt disparue dans La Fille du puisatier, l’honneur perdu d’une fille-mère dans Angèle, l’impossible amour de Fanny et Marius… Alors, les hommes et les femmes font des pieds de nez à la vie, on exagère, on déforme, on ment, on éclate de rire pour ne pas être happé par le chagrin. C’est pour cela que Pagnol est universel. Dans la Grèce antique, les mères et les femmes se réunissaient sur une scène pour pleurer leurs enfants partis au combat. Il y a de cela chez Pagnol, une cérémonie collective pour pleurer de rire et consoler nos douleurs. Voilà pourquoi, aujourd’hui, il faut raconter Pagnol. Pour se moquer des cyniques et tous ensemble conjurer nos malheurs.

Pagnol est tout un pan de notre histoire : une histoire sociale, régionale et profondément française. S’il est universel, il est aussi le seul auteur qui parvient à mettre en scène l'une de nos régions en la faisant voyager bien au-delà de ses frontières. Partout en France d’abord, mais aussi à l’étranger. Au Japon, des remakes de la série Marius, Fanny, César ont été réalisés à trois reprises, par différents cinéastes. En Angleterre, on l’a transformée en comédie musicale.

Pourtant, Pagnol est avant tout un homme de lettres, qui nous fait entendre, au-delà de l’accent du port de Marseille ou des villages reculés de la Provence, une langue bien particulière, ciselée, jouant des doubles sens, où le tragique flirte toujours avec le comique. Pagnol, c’est aussi à sa manière l’un des inventeurs du réalisme social. Il dépeint un univers populaire soumis aux aléas de la nature et s’intéresse à la question des classes. Mais son réalisme est toujours poétique, car si les situations sont proches des questions posées par son époque – il s’agit souvent d’honneur, de dignité, d’ascension sociale –, le progrès, l’amour, le désir sont aussi en question… Des thèmes universels, proches des grands questionnements qui ne cesseront d’occuper l’homme parce qu’ils sont le propre de notre humanité.

Chaque rediffusion des films de Pagnol à la télévision est une fête, les spectateurs sont nombreux. Pour la première fois, nous proposons de faire redécouvrir au public, à travers ce documentaire, cet immense auteur et cinéaste français. L’un des seuls à être à la fois classique et populaire."

Crédit photo © CMF

Commenter cet article