Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 28/06 6h51

Une soirée spéciale LGBTQ ce vendredi sur ARTE, avec une fiction et deux documentaires.

Ce vendredi 28 juin, veille de la marche parisienne des fiertés lesbiennes, gaies, bi, trans et queer (LGBTQ), soirée spéciale sur ARTE avec une fiction et deux documentaires.

 

Vers 20h55, pour débuter, le téléfilm allemand Deux femmes amoureuses.

Deux couples hétéro sympathisent, jusqu'au jour où une tendre inclination naît entre les deux femmes.

Marie et Bernd, la quarantaine, sont mariés, parents de deux ados et gèrent pour le mieux leur cabinet d’architectes. Mais quand ils renouent avec Dom, un vieil ami de jeunesse qui leur présente sa nouvelle compagne, Ayla, la vie des deux couples s’apprête à basculer. D’abord exaspérée par Ayla, la sérieuse Marie, qui n’avait jamais douté jusqu’alors de son mariage ni de sa sexualité, se découvre une puissante attirance pour cette jeune femme peu conventionnelle, débordante d’énergie et de tendresse. Si Marie tente d’abord de résister à des sentiments qu’elle sait réciproques, les deux femmes – devenues voisines – entament en secret une aventure passionnée. Malgré leur liaison, les amantes n’envisagent pas pour autant de renoncer à leurs hommes. Ayla semble assumer avec légèreté sa nouvelle histoire d’amour, qui n’interrompt en rien les préparatifs de son mariage avec Dom, tandis que Marie se débat entre mauvaise conscience et jalousie. Mais la vérité finit par éclater...

Téléfilm de Rainer Kaufmann (Allemagne, 2014).

Avec : Ina Weisse (Marie), Ulrich Noethen (Bernd), Erika Marozsán (Ayla), Marc Hosemann (Dom), Matti Schmidt-Schaller (Jonas).

 

Vers 22h30, documentaire Dream Boat.

Trois mille hommes embarquent sur un paquebot pour une fête d'une semaine. Entre hédonisme forcené et questions existentielles, un regard tendre et précis sur la communauté gay.

C'est la croisière de l'amour. Près de 3 000 hommes ont embarqué sur le Love Boat, le seul paquebot en Europe réservé aux homosexuels. Âgés de 18 à 80 ans, originaires de 77 pays, ils se préparent à passer sept jours en Méditerranée pour un trip hédoniste. Une semaine de liberté totale en espace clos où tout s'annonce possible : rencontres en série, fêtes démesurées et looks rivalisant d'exubérance... Au milieu de cette incroyable rave de masse, tandis que les corps bodybuildés se mélangent au son des BPM électro, des caméras filment. Pour la première fois, le Love Boat accueille une équipe de tournage. Séquence après séquence, on apprend à connaître Dipankar, l'Indien solitaire, Philippe, le Français en fauteuil roulant, ou Ramzi, le Palestinien qui a fui la police homophobe de Gaza.

De simple captation d'un rassemblement grégaire hors norme, le documentaire se métamorphose en enquête intime, où chacun parle de sa vie, égrène ses doutes ou ses espoirs. On y évoque les codes physiques quasi imposés ("On se ressemble tous"), la peur de vieillir, la place des sentiments dans un océan de tentations ("Tu cherches à montrer ton amour à travers le sexe"), l'importance des mères ou le quotidien délicat dans les petites villes…

De Tristan Ferland Milewski (Allemagne, 2017).

 

 

Enfin, à minuit, programmation de Stonewall cinquante ans après.

Cinquante ans après les émeutes de Stonewall, où en sont les droits des LGBTQ à travers le monde ?

Le 28 juin 1969, de violentes manifestations spontanées éclatent après une énième descente de police dans un bar gay de New York, le Stonewall Inn. À une époque où l’homosexualité demeure encore largement criminalisée partout sur la planète, ces "émeutes de Stonewall" resteront dans l'histoire comme un acte fondateur du mouvement d'émancipation lesbien, gay et trans. Cinquante ans après ce moment charnière, où en sont les droits des LGBTQ à travers le monde ? Multiplicité des identités queer, coming out, discriminations, violences et avancées législatives… : ce documentaire offre un tour d’horizon des enjeux actuels, éclairés par des personnalités revendiquant leur appartenance à une communauté longtemps marginalisée.

D'André Schäfer (Allemagne, 2019).

Commenter cet article