Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 27/08 12h38

Corleone, le parrain des parrains, un documentaire inédit ce soir sur ARTE.

Ce mardi 27 août 2019 dès 20h50, programmation des deux parties du documentaire de Mosco Levi Boucault, "Corleone, le parrain des parrains".

C’est l’histoire d’un homme simple en apparence : Totò Riina. C’est en tout cas ainsi que le parrain des parrains se présente au tribunal en 1993, après son arrestation et une cavale d’un quart de siècle. Pour s’emparer du pouvoir au sein de la mafia, de son Corleone natal à la tête de Cosa Nostra, “le fauve” a commis et commandité les assassinats les plus odieux et les plus spectaculaires, dont ceux des juges Falcone et Borsellino.

Grâce, entre autres, aux témoignages exceptionnels des anciens tueurs de Riina aujourd’hui repentis (Giovanni Brusca, Francesco Anzelmo, Giuseppe Marchese) et de l’ex-procureur Giuseppe Ayala, ce documentaire retrace l’ascension et la chute du plus grand criminel mafieux, mort en prison en 2017, qui avait bâti par la terreur son règne sur la Sicile. 

Corleone, le parrain des parrains, un documentaire inédit ce soir sur ARTE.

Le film suit l’escalade des assassinats commis par ou sur ordre de Riina. Pour les évoquer, des voix accusatrices et des voix de l’intérieur. Les voix de l’intérieur sont des mafiosi qui ont connu Riina (Gaspare Mutolo) ou été au service de Riina en tant qu’hommes de main (Giovanni Brusca, Francesco Anzelmo, Giuseppe Marchese) ou en tant qu’avocat (Giovanni Anania). Comme Buscetta, leur ennemi des années 80, ils ont décidé de collaborer avec la justice et de voir leurs peines allégées ou annulées. Trois d’entre eux sont libres et vivent sous de nouvelles identités quelque part en Italie. Giovanni Brusca est en prison mais n’est plus soumis au régime carcéral dur.

Les voix de l’accusation sont celles du procureur du Maxi Procès qui a requis et obtenu la perpétuité contre Riina, Giuseppe Ayala. Il a quitté la magistrature après le Maxi Procès, a été député du Parti Républicain (centre gauche). Il est aujourd’hui à la retraite. A sa voix, se joint celle du commissaire Francesco Accordino qui est entré à la Police Judicaire (PJ) de Palerme au début de la 3ème guerre de mafia, en mai 1981. Accordino est transféré dans la police ferroviaire en Calabre pour ne pas connaître le sort de ses amis et collègues : Boris Giuliano, Nini Cassara, Beppe Montana assassinés sur ordre de Riina.

Intervient également un mafioso du camp des « perdants » de la guerre de mafia des années 80, Gaetano Grado. S’y ajoutent deux regards. Celui de la photographe palermitaine Letizia Battaglia, regard douloureux et dantesque. Et celui d’un journaliste qui a vécu et rendu compte, par ses chroniques télévisées quotidiennes, du Maxi-Procès et des années de sang qui ont suivi : Salvatore Cusimano.