Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 03/09 16h19

Téléfilm inédit avec Kad Mérad, La part du soupçon sera diffusé le 23 septembre sur TF1.

Une création TF1 librement inspirée de faits réels, à découvrir lundi 23 septembre à 21h10 sur TF1 : La part du soupçon.

Réalisé par Christophe Lamotte.

Scénario de Julien Messemackers, participation aux dialogues Clothilde Jamin.

Avec : Kad Merad (Thomas), Laurence Arné (Alice), Géraldine Pailhas (Sophie Lancelle)...

Alice, infirmière d'une quarantaine d'années, vit le bonheur ordinaire d'une mère de famille quand tout bascule : Thomas, son compagnon et père de son enfant, est soupçonné d'avoir assassiné sa première famille quinze ans auparavant et refait sa vie sous un faux nom. Depuis tout ce temps, la commandante Sophie Lancelle n'a jamais arrêté de le chercher. Elle est désormais persuadée de l'avoir retrouvé et rien ne pourra l'arrêter. Entre ces deux femmes que tout oppose, un homme crie son innocence.

Kad Mérad : "La télévision permet de s’adresser au plus grand nombre et on y trouve des fictions dignes des films que l’on fait au cinéma. J’étais content de retrouver Christophe Lamotte car j’avais déjà tourné sous sa direction et je trouvais le scénario très fort et efficace. En plus, le rôle est totalement inédit pour moi car je n’avais jamais interprété un personnage qui ne soit pas tout à fait recommandable. Enfin, j’aimais l’idée que l’histoire rappelle un fait divers qui a bouleversé le pays."

Le comédien dit avoir abordé ce rôle au premier degré. "J’ai joué Thomas Kertez le plus sobrement possible pour conserver une part de mystère. Il reste très discret par rapport à son passé. Je me suis accroché à l’histoire d’un homme élevé en Russie qui avait perdu ses parents très jeune et avait eu une existence très effacée avant d’arriver en Bretagne. Il y a une vraie partition à jouer quand Thomas Kertez devient le centre d’intérêt de tout le village et suspect dans les yeux de sa femme. Quand les flics débarquent chez lui, il est vraiment dans l’incompréhension, comme n’importe qui dans ce genre de situation. Réussir à jouer la normalité alors que rien n’est normal demandait beaucoup de subtilité. C’est très intéressant pour un acteur."

Crédit photo © Julien Cauvin - Beaubourg Story - TF1

Commenter cet article