Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 25/11/2019 19H20

Homothérapies, conversion forcée : enquête choc mardi soir sur ARTE (Extrait).

Ce mardi 26 novembre à 20h50, ARTE programme le documentaire inédit Homothérapies, conversion forcée. Il sera disponible deux mois en replay.

Un film de Bernard Nicolas, écrit avec Jean-Loup Adénor et Timothée de Rauglaudre.

Ils sont prêtres, pasteurs, médecins, psychothérapeutes ; ils s’affichent dans des associations chrétiennes, affirment connaître l’origine de l’homosexualité et pouvoir la soigner. Une enquête dans 5 pays pour comprendre les mécanismes des thérapies de conversion, identifier ceux qui les pratiquent et mesurer le danger qu’elles représentent.

Électrochocs, lobotomies frontales, thérapies hormonales, thérapies d’aversion... On pensait ces pratiques disparues avec la suppression de l’homosexualité de la liste des maladies mentales. Il s’avère qu’elles ont laissé place à d’autres procédés tout aussi barbares qui continuent à se déployer partout dans le monde.

Bernard Nicolas et son équipe de journalistes ont enquêté pendant deux ans aux États-Unis, en France, en Allemagne, en Pologne et en Suisse dans les milieux obscurs de ceux qui pratiquent ce qu’on appelle les thérapies de conversion et ont infilrté certains de ces groupes. Selon qu’ils sont religieux ou non, d’obédience catholique ou évangélique, les programmes de guérison diffèrent mais ont un même objectif : faire que la personne homosexuelle devienne hétérosexuelle ou à défaut, qu’elle atteigne la chasteté. En instillant honte et culpabilité chez ces personnes en souffrance.

Aux États-Unis, les associations évangéliques revendiquent haut et fort leurs pratiques. Mais en France, en Allemagne ou en Suisse, même si certains praticiens ont pignon sur rue, catholiques et évangéliques sont plus discrets. Qui pourrait se douter par exemple que des groupes de conversion se réunissent chaque semaine en plein cœur de Paris ? En Pologne, la question de l’homosexualité est balayée par l’Église et les conservateurs au pouvoir, les thérapies de guérison y sont présentées comme seule alternative à l’enfer.

Des témoignages bouleversants et inédits de plusieurs victimes viennent ponctuer l’enquête. Elles relatent pour la première fois les épreuves extrêmement violentes qu’elles ont subies, comme Benoit dont les parents, fervents catholiques, l’envoient chaque été, de ses 15 à ses 18 ans, dans des camps dédiés aux homosexuels. Deb, fille d’un couple de l’Arkansas membre d’une église évangélique rigoriste qui subit des séances d’exorcisme sombrera dans une profonde dépression. Éxorcismes dévastateurs aussi pour Jean-Michel, longtemps convaincu d’être possédé par le démon de l’homosexualité et qui va lutter des années durant contre ses besoins sexuels qu’il pense incompatibles avec son engagement religieux. Ewa quant à elle subira messes de guérison, camps de rééducation et chocs électriques pour lui faire rejeter son homosexualité.

Crédit image © Ego Prod

Commenter cet article