Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 22/10 10h47

Ma vie à côté de la centrale de Fessenheim : document ce mardi soir sur France 2.

À découvrir ce mardi à 23h35 sur France 2.

La plus vieille des centrales nucléaires françaises, Fessenheim, cessera toute activité en 2020. Le premier réacteur s’arrêtera en février, le second en juin. Annoncée pendant le quinquennat de François Hollande, la fermeture de ce site industriel mis en service en 1977 a été reportée plusieurs fois. Hier fleuron ultramoderne de l’énergie nucléaire, aujourd’hui symbole de sa dangerosité, la centrale emploie 850 salariés d’EDF et de manière indirecte, 350 salariés d’entreprises sous-traitantes. Elle assure aussi à la commune une prospérité hors normes.

La jeune réalisatrice Julie Roth s’est intéressée aux riverains, réputés discrets, dont beaucoup travaillent dans la forteresse. Pendant un an, elle a partagé leur quotidien, sondé leur rapport au risque. Du maire au responsable syndical, en passant par la concierge et le militant écologiste, elle dresse le portrait d’un village inquiet pour son avenir. Elle montre aussi les négociations difficiles entre la commune et l’État, avant l’heure de la reconversion.

Julie Roth : "Alsacienne, j’entends parler de Fessenheim depuis l’enfance. Chaque panne de la centrale est évoquée dans les journaux locaux. J’entends souvent la voix des anti-nucléaires, mais plus rarement celle des riverains. Loin de vouloir les renvoyer dos à dos, j’éprouvais de la curiosité pour ces discrets Fessenheimois. Quelle vie mènent-ils au pied de la forteresse atomique ? Prennent-ils part aux débats sur le nucléaire ? Ont-ils des doutes sur leur sécurité ? Pendant plusieurs mois, j’ai décidé de sonder le rapport au risque de ces habitants qui côtoient le nucléaire depuis 40 ans. Lorsque j’ai tourné ce documentaire, la décision de fermer la centrale était connue, mais aucune date n’ayant été avancée , certains habitants restaient incrédules, déboussolés. Ils m’ont confié leurs peurs, mais aussi leur fierté. "

Crédit photo © Bangumi

Commenter cet article