Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 20/01/2020 11H30

Ça finira aux Prud’hommes : document inédit le 6 février sur France 3.

Jeudi 6 février à 22h45, sur France 3, diffusion du documentaire inédit « Ça finira aux Prud’hommes ».

Un film de Julie Talon.

« Ça finira aux Prud’hommes »… Pourquoi cette phrase nous semble-t-elle familière ? C’est sans doute parce que, même si nous ne connaissons pas toujours exactement la spécificité de cette juridiction, nous avons conscience que c’est l’instance à saisir lorsque l’on s’estime non seulement lésé, mais aussi bafoué et humilié. Que l’on soit salarié ou patron, on va aux Prud’hommes pour obtenir réparation.

Au Conseil des Prud’hommes de Paris — qui traite 10 % du contentieux français — c’est un concentré de la société française qui défile devant nous : coiffeur, banquière, garde-malade, responsable commercial, livreur… Cette suite mouvementée de brèves histoires lors de chaque audience nous emmène au-delà d’un registre purement socio-économique. Derrière les atteintes aux droits, la plupart des litiges jugés ici révèlent un besoin vital de reconnaissance et de dignité qui nous est commun à tous.

Bénéficiant d’une autorisation exceptionnelle et inédite de la Chancellerie et de la juridiction, l'équipe de ce film ouvre le monde des audiences aux spectateurs. Parallèlement au moment d’audience, le récit s’appuie également sur le témoignage des juges-conseillers. Ces magistrats non professionnels, quasi bénévoles, nous feront partager leurs réflexions et leurs cas de conscience devant la tragi-comédie qui se déroule quotidiennement dans les salles d’audience.

Tragédie de par la présence très forte du déterminisme économique et le durcissement du monde du travail, comédie par la succession haute en couleurs des parties — avocats, syndicalistes et plaignants — qui se battent pour faire valoir leurs droits. Ce faisant, ils nous entraîneront dans une réflexion sur le sens et la portée de leurs combats respectifs, livrés devant cette justice à la fois populaire et méconnue.

Crédit photo © Les films du Balibari

Commenter cet article