Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 25/02 6h46

Grossophobie : document suivi d'un débat ce mardi, en fin de soirée sur France 2.

Ce mardi 25 février à 22h40 sur France 2, le film documentaire «Daria Marx : ma vie en gros» nous plonge dans la vie de Daria Marx et ses amis, récit à la première personne d’une vie de gros, entre combat contre la discrimination et volonté farouche de vivre. Le documentaire sera suivi d'un débat présenté par Marie Drucker à 23h35.

Daria a les cheveux blond platine, un piercing, des tatouages, un caractère bien trempé et elle est grosse. Des discriminations, elle en a connues toute sa vie, petite à l’école, puis adulte dans son milieu professionnel, mais aussi dans la rue, chez le médecin. Ce film nous plonge dans sa vie et dans celle de ses amis, et nous permet de comprendre leur parcours, mais aussi leur révolte contre une société qui voudrait les effacer.

Ce récit à la première personne d’une vie de gros, entre combat et fragilité, entre rires et obstacles, met en lumière toute la complexité d’une discrimination qui peine à faire entendre son nom en France : la grossophobie.

Un film de Daria Marx, Stéphanie Chevrier et Marie-Christine Gambart.

Note d'intention des auteurs :

«Je suis grosse depuis ma naissance. C’est ce qu’on a toujours dit de moi. Je suis celle qu’on a mis de côté, celle qu’on a jugé incapable, celle qui devait toujours en faire plus; je suis celle qui devait changer. J’ai 38 ans. Je suis grosse, pour de vrai. Je n’ai pas changé. Je suis devenue le cauchemar de ceux qui jugeaient ma silhouette d’enfant anormale. Je suis cette obèse morbide diagnostiquée comme malade de la volonté par mes pairs. Je suis très grosse, pas ronde, pas forte, pas voluptueuse, pas pulpeuse. Mon corps est lourd et gras, j’ai du ventre, mes chairs tombent, et pourtant j’existe. Je pousse depuis des années dans le noir, dans l’ombre embarrassée d’une société qui me refuse le droit de prendre ma place». Ces mots sont ceux de Daria Marx qui après des années de souffrance a décidé d’accepter sa condition et revendique aujourd’hui «le droit d'exister», sans être jugée ni moquée. Si elle a accepté l’idée de ce film, c’est non seulement pour s’exprimer, mais aussi pour faire entendre la parole de ceux et celles qui, comme elle, sont les victimes invisibles d’une discrimination dont on ne veut pas entendre parler en France : la grossophobie.

«Daria Marx, ma vie en gros» est avant-tout le portrait de cette femme révoltée et déterminée à ne plus se taire pour faire entendre la voix d’une minorité bafouée et oubliée. L’histoire d’une enfant différente devenue le fer de lance de la lutte contre la grossophobie en France. C’est à travers son récit singulier, ses choix de vie et ses prises de position, à travers ses mots, que le film propose de bousculer le regard que nous portons sur les gros. Ce film, c’est aussi le portrait de cette nouvelle génération qui milite pour faire valoir ses droits et en finir avec les préjugés.

Daria est entourée d’une bande d’amis soudés : Eva, qui a co-fondé «Gras politique» avec elle, Crystal, Anouch, Sofia, Guillaume, eux aussi membres du collectif. Tous souffrent d’obésité et de la stigmatisation qui en découle; tous ont décidé de ne plus se cacher et de lutter contre cette discrimination qui gangrène leur quotidien. Ce combat, ils le mènent le front haut, non sans humour et avec une forme de jouissance cathartique et communicative. 

Crédit photo © Morgane Prod

Commenter cet article