Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 17/02 13h45

« Roselyne Lejard, plutôt veuve que divorcée », numéro inédit de Faites entrer l'accusé ce lundi soir.

« Roselyne Lejard, plutôt veuve que divorcée », numéro inédit de Faites entrer l'accusé ce lundi17 février à 22h45 sur France 2.

Comme tous les matins, Christophe Lejard, saute, dès l’aube, dans son 4x4, pour se rendre à son entreprise de menuiserie. Comme tous les matins, il empreinte le chemin de terre qui traverse son mas de Rognonas, près d’Avignon. Mais, ce 24 novembre 2010, surprise ! La barrière métallique, que la famille a l’habitude de laisser ouverte au bout de l’allée, est baissée.

Le chef d’entreprise descend donc de sa voiture pour dégager le passage. Quand un coup de feu résonne dans la garrigue. Christophe Lejard s’effondre. Touché en pleine tête. Une exécution préparée au millimètre, par un tueur qui prend la fuite en moto. Dès les premiers jours de l’enquête, les gendarmes constatent que les employés et les amis de la victime font bloc. Unanimes, ils vantent tous les qualités humaines et professionnelles de l’entrepreneur. Quant à ses comptes, ils ne présentent aucun signe de malversation. Ni dette, ni paiement suspect qui accréditerait la thèse d’un crime crapuleux.

La seule voix discordante dans ce concert de louanges, c’est celle de son épouse, Roselyne Lejard. Mais pourquoi s’entête-t-elle ainsi sur les pseudo ennuis financiers de son mari ? Pourquoi tient-elle à orienter tout le monde dans cette direction, quand c’est elle qui semble avoir vidé les comptes de son conjoint, sans lui demander son avis ? Les gendarmes plongent dans la vie du couple, pour découvrir qu’il battait de l’aile. L’entrepreneur avait bel et bien l’intention de quitter sa femme, pour vivre avec sa maîtresse.

Roselyne Lejard, qui avait toujours soutenu son époux, qui l’avait aidé financièrement, encouragé à se mettre à son compte, et à restaurer un très beau mas provençal, allait tout perdre. Elle en nourrissait une telle rancœur qu’elle aurait même dit, à une amie, qu’elle « préférait être veuve, que divorcée » ! Aurait-elle fomenté ce crime avec le fils ? Seule ? Avec la complicité du fils qu’elle a eu au cours de son premier mariage ? Après des années d’enquête, c’est la fameuse barrière métallique qui va livrer la clé de l’énigme aux gendarmes...

Un magazine présenté par Frédérique Lantieri.

Commenter cet article