Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 02/04/2020 9H35

Coronavirus, l’état d’urgence : soirée spéciale ce jeudi sur France 2 avec de nombreux reportages (sommaire).

Ce jeudi 2 avril à 21h05 sur France 2, les magazines de la rédaction, Envoyé Spécial et Complément d’Enquête, se mobilisent et proposent une soirée d'information exceptionnelle, avec enquêtes, reportages et invités, présentée en direct par Elise Lucet et Jacques Cardoze.

Les reportages prévus :

Ils sauvent des vies (par Laura Aguirre de Carcer, Olivier Gardette et Raynald Lellouche). A l’hôpital de Colmar, dans le Haut-Rhin, la vie ne tient qu’à un fil. Guillaume 31 ans s’occupe des 15 lits de réanimation. Quand un malade arrive, il faut faire vite : même s’il est conscient, il peut sombrer en quelques minutes. L’intuber et le mettre sous assistance respiratoire est une opération très délicate. Nathan, lui, est interne depuis 3 mois et il aide les autres soignants sans hésiter mais il s’inquiète : au contact des malades, va-t-il contaminer ses proches en rentrant chez lui ? Pauline, aux urgences, pleure d’émotion quand elle entend les applaudissements des riverains de l’hôpital à 20h. Mais comment, au téléphone, rassurer les proches des malades qui entrent dans son service ?

Les forçats du coronavirus (par Isabelle Sabourault, Alice Gauvin, Swanny Thiebaut, Baptiste Laigle, Antoine Morel et Olivier Broutin). Ils n’ont pas vraiment le choix. Chaque jour, depuis le début de la crise, ils viennent travailler avec angoisse et avec beaucoup de questions : manutentionnaire dans une grande chaîne de commerce sur Internet, caissière dans un supermarché, blanchisseuse pour un établissement hospitalier, infirmière libérale. Quelles sont les conditions de sécurité ? Pourquoi si peu de masques ?

La France mal préparée ? (par Pierre Monégier, Nathalie Sapéna, Virginie Vilar, Tristan Waleckx, Guillaume Michel, Vincent Gobert) Hôpitaux débordés, pas assez de masques, pas assez de tests, règles de confinement souvent mal comprises, déclarations contradictoires au sommet de l’Etat, changements de stratégie : pourquoi la France semble-t-elle si mal préparée ? Alors que la Chine est confinée depuis janvier, pourquoi la France connaît-elle aujourd’hui autant de difficultés ? Certains lanceurs d’alerte ont-ils été suffisamment écoutés ? Le gouvernement a-t-il perdu un temps précieux début mars, alors que les municipales se profilaient ? Retour sur ces quelques jours où tout a basculé.

Vaccins, la course de vitesse (par Rola Tarsissi, Guillaume Couderc, Matthieu Fauroux et Vincent Buchy). A Paris, Marseille ou Boston, c’est une course contre la mort qui s’est engagée : entre coopération et concurrence impitoyable, laboratoires et chercheurs tentent de trouver à tout prix un traitement en urgence, et un vaccin dès que possible. Mais le Covid-19 est un ennemi redoutable encore bien mal connu. La chloroquine, traitement contre le paludisme, est-elle efficace ? Que valent les essais du Pr Raoult à Marseille ? Malgré les enjeux financiers, Américains, Chinois et Européens réussiront-ils à s’entendre ?

Un ennemi insaisissable ? (par Thomas Lelong et Antonin Marcel) Comment le coronavirus est-il apparu mi-décembre au cœur de la Chine ? Comment s’est-il propagé, en Iran, en Italie, en France, aux Etats-Unis ? Où va-t-il frapper ? Cartes à l’appui, le parcours mondial du virus éclaire cette pandémie qui met la planète presque à l’arrêt.

Corée du Sud, l'exemple à suivre ? (par Sébastien Legay, Yann Kerloc’h, Sojeong Lee, Adrian Jaouen, Xavier Puypéroux, Donatien Lemaître avec Bangumi et Panda Média) La Corée du Sud est-elle en train de vaincre le coronavirus ? Après les épidémies de 2003 et 2015, le pays s’était préparé. En janvier, quand la Chine a été frappée, Séoul a appliqué un plan mûrement réfléchi et très discipliné : masques contingentés pour tout le monde, application sur smartphone pour suivre l’état de santé des individus, traçage par GPS, vidéosurveillance et croisement de fichiers des malades et de leur entourage, tests à grande échelle (300 000 en un mois et demi). Résultat : une courbe stable des infections, une économie qui fonctionne, des commerces ouverts et des Coréens encore libres de leurs mouvements.

Commenter cet article