Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 03/04/2020 12H10

Portrait touchant de Nana Mouskouri, ce vendredi soir sur ARTE.

Instants de vie. Un portrait de Nana Mouskouri, diffusé ce vendredi à 22h25 sur ARTE.

En soixante ans de carrière, Nana Mouskouri, qui chante dans une douzaine de langues, a vendu plus de 300 millions de disques. Comment cette jeune fille timide, fascinée par Judy Garland, mordue de jazz – ce qui lui coûtera sa place au conservatoire – et d’airs populaires grecs, est-elle devenue une artiste de renommée internationale ? Comment, malgré de multiples avis contraires, cette chanteuse qui voulait “s’accepter comme elle était” a-t-elle imposé sa marque de fabrique : raie au milieu et lunettes à monture noire carrée ?

Tout démarre en 1961, quand le titre “Roses blanches de Corfou”, qu’elle interprète en allemand avec sa voix pure de mezzo- soprano, est choisi pour la bande-son d’un documentaire récompensé d’un Ours d’argent à la Berlinale.

Du jour au lendemain, Nana Mouskouri, alors âgée de 26 ans, se retrouve sous le feu des projecteurs en Allemagne. Puis, elle part à la conquête du public français, qui s’enthousiasme à son tour et permet à la chanteuse d’enregistrer des duos restés célèbres avec Michel Legrand (“Quand on s’aime”) et Charles Aznavour (“Plaisir d’amour”). Elle séduira aussi les États-Unis où elle prendra un virage jazz avec la complicité de Quincy Jones, puis d’Harry Belafonte.

Nourri d’archives, d’interviews de Nana Mouskouri et de ses proches, ce documentaire émouvant retrace sa vie et sa carrière : d’une jeunesse marquée par le traumatisme de la guerre aux retrouvailles musicales avec sa fille, en passant par l’interdiction de ses chansons par la junte militaire grecque ou par l’ode à la liberté qu’elle interprétera à Berlin-Ouest en 1982.

Documentaire de Jana von Rautenberg (Allemagne, 2019, 52mn).

Crédit photo © Gemeinfrei/Nationalarchiv

Commenter cet article