Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 10/06/2020 13H55

À voir ce soir sur France 3 : Scandales à Monaco, les révélations d’un juge (Pièces à conviction).

Magazine d'enquête présenté par Virna Sacchi, Pièces à conviction est programmé ce mercredi 10 mai à 23h05 sur France 3.

Témoignage exceptionnel d'un juge d’instruction, Edouard Levrault révèle ce qu’il a vécu entre 2016 et 2019 lorsqu’il était en poste à Monaco. Il raconte comment il a tiré peu à peu les fils de plusieurs affaires qui vont ébranler la principauté. Des ministres ont été éclaboussés, des policiers, et le prince Albert II lui-même. En juin 2019, le juge a été brutalement remercié.

Tout commence en 2016 par une simple procédure d’atteinte à la vie privée. Le juge Levrault fait procéder à l’analyse du contenu d’un téléphone portable. Il en extrait des milliers de SMS qui révèlent en détail la proximité entre un milliardaire russe, Dmitri Rybolovlev, et plusieurs hiérarques du pouvoir monégasque. Le juge ouvre une enquête pour corruption. Le juge lance des perquisitions chez des ministres et d’ex-ministres, il auditionne les principaux chefs de la police de Monaco, il saisit les comptes de la Croix-Rouge monégasque, l'une des institutions les plus prestigieuses du Rocher, dont le prince est le président. En quelques mois, un procureur général démissionne et le ministre de la Justice prend soudainement sa retraite.

À l’été 2019, le juge n’est pas renouvelé à son poste. Il s’en va mais laisse derrière lui une principauté monégasque ébranlée. Pour Pièces à conviction, Edouard Levrault fait le récit de ses trois années d’enquête dans la prospère principauté. Il raconte ses prises de risque et les manœuvres auxquelles il aurait été confronté. Il est aujourd’hui vice-président du tribunal de Nice. Grâce au témoignage du juge, l'enquête brosse un tableau inédit des réseaux de pouvoir et d'argent à Monaco.

Une enquête de 52' réalisée par Pascal Henry ; à l'issue de la diffusion, Virna Sacchi recevra Edouard Levrault et Pascal Henry.

Crédit photo © Nathalie Guyon.

Commenter cet article