Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 31/08/2020 7H50

Dès ce lundi 31 août à 21h05 sur France 2, diffusion de La garçonne. Six épisodes de 52 minutes pour cette série inédite créée par Dominique Lancelot. Réalisée par Paolo Barzman.

Avec : Laura Smet (Louise Kerlac), Grégory Fitoussi (Roman Ketoff), Tom Hygreck (Antoine Kerlac), Jérôme Deschamps (Docteur Paul), Aurélien Recoing (Pardieu), Lily Fleur Pointeau (Lydia),...

Dans le Paris des Années folles, Louise Kerlac est témoin du meurtre d’un proche, commis par des agents de l’Etat. Pour échapper au pire, elle doit disparaître. Convaincue que c’est au sein de la police qu’elle va trouver la meilleure planque et le moyen de se disculper, elle se travestit et prend l’identité de son frère jumeau, brisé par la guerre. Elle entre alors à la « Criminelle » à sa place ! Un monde interdit aux femmes et son rêve de toujours...

La disparition d’une série de jeunes modèles qui posaient pour les peintres de Montparnasse va l’entraîner dans le monde de la fête et de la nuit, mais aussi la confronter à la part d’ombre de son jumeau tant aimé. La guerre a-t-elle pu en faire le monstre pervers que les preuves semblent désigner ? Et peut-elle se rapprocher de Roman Ketoff, un séduisant journaliste franc-tireur, sans mettre en danger le secret de sa double identité ?

Lorsque Harold Valentin, Dominique Lancelot et Aurélien Larger, les producteurs, sont venus nous proposer La Garçonne, nous avons vu l’opportunité d’effectuer un voyage exaltant dans le Paris sulfureux et libertin des années 20. Un voyage dans lequel l’héroïne, faite du devoir de sauver son frère brisé par la guerre, se travestit en homme pour trouver du travail et transformer sa vie en destin.

Nous avions de quoi rêver, pleurer, aimer et ressentir, tout en abordant des problématiques qui sont encore au cœur de notre société. Nous avions de quoi parler émancipation, libération du poids du rôle de la femme dans la société dans une époque ivre de liberté et de découverte. Nous avions une héroïne dont la guerre avait révélé les capacités et qui ne pourrait plus se satisfaire d’un rôle préétabli par la norme.

Nous avions une pionnière aux blessures secrètes, aux ambitions démesurées et aux enjeux vitaux… quoi de plus encourageant pour le service public que de se plonger dans cette série romanesque dont les sujets font encore écho.

Nous sommes donc heureux de pouvoir proposer au public une époque rarement abordée à la télévision dont les évolutions se mesurent encore aujourd’hui et dont certains combats restent encore à mener.

Direction de la fiction nationale de France Télévisions, Anne Holmes - Sophie Exbrayat

Crédit photo © Christophe BRACHET - Alain GUIZARD/ Crea Guillaume Champaux/ Mother Production/ FTV

Commenter cet article