Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 29/09 7h05

Deuxième teaser du film Le Discours. Long-métrage d'une heure trente écrit et réalisé par Laurent Tirard. D'après l'ouvrage de Fabrice Caro.

Benjamin Lavernhe, Kyan Khojandi, Sara Giraudeau, Julia Piaton, Guilaine Londez, François Morel sont à l'affiche de cette comédie visible dès le 16 décembre.

Coincé à un repas de famille qui lui donne des envies de meurtre, Adrien attend. Il attend que Sonia réponde à son sms et mette fin à la « pause » qu’elle lui fait subir depuis un mois. Et voilà que Ludo, son futur beau-frère, lui demande de faire un « petit » discours pour le mariage ! Adrien panique. Mais si ce discours était finalement la meilleure chose qui puisse lui arriver ?

François Morel: « J’adore Zaï Zaï Zaï Zaï, et toutes les autres B.D de Fab Caro. J’ai lu le roman dès sa sortie en me disant qu’il était... totalement inadaptable ! Pourtant, Laurent a su rester fidèle au bouquin tout en faisant vraiment du cinéma. Pour moi, il a réussi à la fois une comédie populaire sur des sujets - la famille, les rapports amoureux - qui nous concernent tous, et un film d’auteur extrêmement inventif. C’est génial quand il ajoute des traducteurs comme à l’ONU pour montrer l’incommunicabilité au cours du dîner ! Mon personnage, le père d’Adrien, raconte toujours la même anecdote car il sent, peut-être, qu’il n’a pas grand-chose à dire. J’en connais beaucoup des mecs comme ça ! Mais c’est un brave type, avec un beau regard sur sa femme et ses enfants, et pour lui, ce dîner est très agréable : il passe un bon moment avec les gens qu’il aime. Pour l’anecdote sans fin de l’autostoppeur, Laurent m’a laissé écrire mon texte, la veille, avec ses digressions absurdes. Je m’inquiétais un peu, tout de même, avant le tournage : rester quinze jours assis à table avec d’autres comédiens, cela pouvait être l’enfer. Mais j’ai tout de suite compris que j’étais entouré de partenaires aussi talentueux que sympathiques ! On ne nous voit pas bouger quand il y a les moments d’ « arrêt sur image » : on est vachement bons, hein ? »

Kyan Khojandi : « J’ai lu tout Fab Caro et, pour moi, ses œuvres étaient inadaptables ! Mais, à la lecture du scénario, très émouvant, de Laurent, j’ai tout de suite perçu qu’il revenait à ses premières amours, à MENSONGES ET TRAHISONS ET PLUS SI AFFINITÉS... Cela me rappelait aussi BREF, donc je n’étais pas dépaysé. J’adore les projets singuliers : pour moi, le cinéma est excitant quand il tente des choses jamais faites. Laurent arrive à filmer une tarte poire-chocolat et que cela ait un intérêt ! Mais je l’avoue : je ne peux plus voir une tarte poire-chocolat dans une vitrine de pâtisserie sans avoir la nausée ! Je suis honoré d’avoir travaillé avec ces acteurs-là, si drôles, de bonne composition, et si talentueux. François Morel est un de mes darons : j’ai grandi avec l’humour des Deschiens. La plus belle direction d’acteurs de Laurent ? Avoir choisi ce casting. Nous laissions Benjamin dans sa bulle, en restant sans cesse ses supporters. J’ai fait quelques propositions comme celle, durant le mariage, après le discours réussi, où Benjamin se jette sur moi pour m’embrasser. Un vrai climax ! Il y a un peu de moi dans Ludo : « Je sais des trucs et je vais vous les dire ». Je sors même des données scientifiques dans les domaines qui me tiennent à cœur comme le sport. Je sais que c’est agaçant et je me retiens en société mais, là, j’avais le droit d’exploiter cette facette de ma personnalité ! Laurent me laissait improviser : vas-y, parle pendant dix minutes ! Et je devais continuer à parler pendant que Benjamin, lui, s’adressait à la caméra. Un mix en temps réel. Je montais et baissais le son. Un beau challenge. Il ne faut jamais juger ses personnages, les mépriser : pour les servir, il faut les aimer. Sophie et Ludo vivent un véritable amour, même s’il est très posé, un peu popote. C’est la vie simple. Moi, par exemple, j’adore la chenille ! J’en ai lancé une, un soir, au festival de Cannes et tout le monde était ravi ! »

Commenter cet article