Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 22/10 6h50

 

En France, on compte approximativement 5 000 nouveaux cas d’amputation par an.

Depuis plusieurs années, ce nombre a fortement diminué notamment grâce aux progrès chirurgicaux. Néanmoins, l'amputation semble être parfois la seule alternative possible dans certains cas. Peu de témoignages sur cette nouvelle vie sont entendus sauf quand certains décident d’en faire une vraie force.

L’animatrice Faustine Bollaert recevra sur son plateau trois invités, ce jeudi à 13h50 sur France 2 : Jean-Baptiste Alaize, Grace et Nelia, trois témoignages uniques, trois combats chargés d’émotion. Des exemples de courage à retrouver dans Ça commence Aujourd’hui : Grace, Nelia, Jean-Baptiste.

JEAN-BAPTISTE ALAIZE, 29 ans, quadruple champion du monde de saut en longueur paralympique, Miami C’est au Burundi que Jean-Baptiste naît, en 1991. A l’âge de 3 ans, la guerre civile fait rage dans son pays. Laissé pour mort, il sera recueilli par l’armée, envoyé à l’orphelinat et perdra une jambe à la suite de ce drame. Grâce au sport et à l’amour de ses parents adoptifs, il va s’intégrer et acquérir un mental d’acier. Féru de sport et grâce à une prothèse en carbone, il devient quadruple champion du monde paralympique de saut en longueur. 

GRACE, 24 ans, célibataire, athlète, Cannes (Alpes-Maritimes) « Quand j’avais 4 ans et demi, l’immeuble où j’habitais a pris feu. Ma mère et mon frère n’ont pas survécu. Je suis une miraculée. J’ai subi de nombreuses opérations : greffes de peau et amputation des deux jambes. Même brulée et amputée, on peut choisir de ne pas subir et d’avancer. Si mon histoire peut aider un/e seul /e jeune qui n’a pas confiance en lui/elle, alors j’aurais déjà tout gagné, c’est ma philosophie. »

NELIA, 15 ans, influenceuse, Bordeaux « J’ai été victime d’un grave accident de la route en novembre 2016, alors que je n’avais que 11 ans et demi. J’ai eu de graves séquelles, notamment l’amputation de ma jambe droite, à la suite d’une septicémie. J’en ai voulu à la terre entière. 4 ans après mon accident, j’ai l’impression d’être une nouvelle personne et je suis plus heureuse que jamais. Je me suis fait connaître sur les réseaux sociaux grâce à ma prothèse et je peux échanger avec des personnes dans mon cas, ça m’aide beaucoup ! »

Crédit photo © Nathalie Guyon - France 2.

Commenter cet article