Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 04/01 16h23

 

Elle s'appelle Marie. Chrétienne. Vendue treize fois par l'État islamique.

Accroche choc du livre La putain du Califat, de Sara Daniels et Benoît Kanabus. Ce document sera en vente dès mercredi.

Pendant deux ans, Marie, une irakienne de 38 ans, a été l’esclave sexuelle et la domestique de soldats de l’État islamique. Vendue et revendue, d’Irak en Syrie, elle change plus de douze fois de maître. Chrétienne, donc une perle rare, elle était l’objet de tous les fantasmes, de toutes les convoitises, de tous les ressentiments ; sur le marché, elle valait deux fois plus qu’une Yézidie. Dans le djihad de l’humiliation, le viol est une arme de destruction massive.

Marie a confié son histoire aux auteurs de ce livre, d’une manière aussi crue que décousue :

"Il a fallu se forcer à en retisser la trame. Elle a exigé que l’on raconte tout, que l’on n’omette rien, pas un seul nom de ces bourreaux. Son récit est celui d’une descente aux enfers, d’exactions de plus en plus insupportables, commises au nom de textes religieux et d’un code de lois à la précision sadique. Ce livre est aussi l’épopée des Chrétiens d’Orient, de leurs mythes, de leurs rêves. Un pays de légendes, de poésie et de mystères. Un pays brûlé par le soleil et les guerres. Jusqu’à l’apparition du fondamentalisme islamique qui, d’Al Qaïda à Daesh, renaît toujours de ses cendres".

Ce récit est l’histoire bouleversante d’une femme qui veut vivre, souligne l'éditeur Grasset. Qui tente de s’échapper, qui se bat, qui résiste et refuse de se laisser briser. Marie est morte deux fois : quand elle a été arrachée aux siens et quand elle est revenue parmi eux. Aujourd’hui, elle veut oublier, reconstruire ce corps meurtri. Après l’horreur, l’espoir.

Commenter cet article