Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 27/01/2021 9H45

Deuxième et dernière partie des portraits des quinze talents culinaires qui participent à la douzième saison de Top Chef, dès le 10 février 2021.

 

Yohei Hosaka 37 ANS- ANNECY

Avant d’être Chef de cuisine à La Ciboulette, Yohei a été Second au restaurant Lumière Karato (Osaka), puis au Chabichou (Courchevel) et enfin à la table de Franck Putelat à l’Hôtel Le Parc (Carcassonne).

Yohei est venu en France en 2010. Il a quitté le Japon pour la France et la cuisine. Il débarque à 25 ans sans parler un mot de français. Ses débuts dans l’Hexagone n’ont pas été des plus faciles... Mais son amour pour la cuisine lui a permis de tenir et il a trouvé en son métier un moyen de s’exprimer ! Il commence à apprendre la cuisine française au Japon, grâce à un chef français. Il en tombe immédiatement amoureux. Yohei adore les classiques français, au point de boycotter la cuisine japonaise pendant longtemps ! Depuis tout petit, Yohei a la volonté d’être le meilleur. Dans tout ce qu’il entreprend, il doit être le vainqueur. Yohei a envie d’être le premier Japonais dans Top Chef et de gagner le concours ! Son rêve dans Top Chef : battre les Français sur un classique de notre gastronomie comme le pâté en croûte ou le vol en vent, des plats qu’il affectionne particulièrement.

Univers culinaire : La simplexité ! Yohei est fan de la gastronomie française dont il maîtrise parfaitement les classiques. Il propose une cuisine fusion. Il mélange saveurs asiatiques et techniques françaises. Selon lui, sa touche japonaise apporte de l’originalité à sa cuisine. Il ajoute souvent de la sauce soja, du yuzu, du wasabi ou des agrumes asiatiques pour apporter du goût à ses plats.

 

Matthias Marc 27 ANS- PARIS

Palmarès/ Distinctions - Le Guide Lebey (meilleure entrée de France en 2019) - Jeune Chef de l’année Gault et Millau 2019 - Les 10 chefs de demain Vanity Fair - Les 5 chefs qui font la gastronomie au Figaro - Une des meilleures tables de l’année par Le Figaro en 2019 - 27e place des personnes de la gastronomie Atabula.

propriétaire de Substance (Paris) depuis 2018, Matthias a été sous-chef au restaurant Racine des prés avec Alexandre Navarro (Paris), chef de partie au Meurice**, commis de cuisine / premier chef de partie pour Christophe Moret au Lasserre **, ainsi que commis de cuisine à l’Hôtel de Paris *** d’Alain Ducasse.

Matthias vient de Franche-Comté. Il voulait faire de la cuisine, mais pour “le dresser”, sa mère l’envoie à Paris faire son stage de 3e au Plaza Athénée, espérant que l’expérience soit difficile pour lui. Or, “J’ai tout de suite aimé l’ambiance, les “Oui Chef !”, l’esprit collectif et la hiérarchie militaire mais bienveillante”. Au lieu de le dissuader, ce stage a été une révélation pour Matthias. Il en fera donc son métier et décide de ne faire que des grandes maisons étoilées, avant de finalement ouvrir son établissement. Bien dans sa vie, un restaurant qui fonctionne très bien, Matthias vient relever un nouveau challenge : sortir de sa zone de confort. Il est très engagé dans la cuisine responsable, le 0 gâchis, la cuisine locale. Matthias zappe les intermédiaires et ne travaille qu’avec des petits producteurs. Avec ses équipes, Matthias travaille énormément sur l’expérience poly-sensorielle.

Univers culinaire : Cuisine moderne, gastronomie décomplexée, cuisine incisive, acide, avec des goûts francs, où il met en avant son terroir jurassien et le produit.

 

Jarvis Scott 24 ANS- PARIS

Avant d’être Chef de partie aux côtés d’Albert Adria (Barcelone), Jarvis a cumulé les stages d’abord au Galopin (Paris), puis au Carré des Feuillants (Paris) et enfin à l’Arpège (Paris).

Jarvis est un cuisinier passionné, heureux, qui a soif de réussir. Il a débuté par la plonge et c’est comme ça qu’il a découvert l’univers de la cuisine. C’est en cuisine qu’il a trouvé une famille d’adoption qui a remplacé sa famille d’origine quelque peu défaillante. C’est grâce à elle qu’il s’épanouit aujourd’hui. Il a gravi les échelons jusqu’à obtenir un poste de chef de partie auprès du chef Adria. Avec lui, il va découvrir une gastronomie créative et audacieuse ! Pour lui, Top Chef c’est le TGV vers ses grands rêves de cuisine !

Univers culinaire : Jarvis est un cuisinier instinctif et hyper créatif. Il aime l’audace dans l’assiette, et sait faire la part belle aux légumes.

 

Pauline Sene 28 ANS- PARIS

Après avoir été en apprentissage à L’Auberge Basque* aux côtés de Cédric Béchade (Pée-sur-Nivelle), Pauline a été Cheffe de partie polyvalente au restaurant Semilla (Paris) puis Cheffe adjointe au restaurant Le 52 à Paris. Aujourd’hui, Pauline est Sous- cheffe au restaurant Cobéa* aux côtés de Philippe Bélissent (Paris).

Depuis son plus jeune âge, Pauline s’est toujours fixée de grands objectifs afin de donner le meilleur d’elle-même. Consciente du défi que représente le fait d’être une femme en cuisine dans un milieu d’hommes, elle s’en fait une force, et compte bien montrer que l’on peut faire aussi bien qu’eux. Elle aime quand les choses sont droites, carrées et propres. La cuisine a toujours été une évidence pour Pauline. Ses grands- parents sont maraîchers. Son père est grossiste au marché de Rungis. Toute petite, elle imaginait ses recettes et son père lui apportait les légumes dont elle avait besoin. “La passion de la cuisine je l’ai depuis toujours. J’ai toujours eu envie de cuisiner. J’aime bien manger et partager des moments conviviaux autour d’une table, ça vient de là”. La cuisine gastronomique est pour elle synonyme de perfection. “La cuisine est précise, les gestes sont nets. On prend le temps sur les détails”.

Univers culinaire : Elle aime la précision et la rigueur des étoilés. Elle affectionne tout autant la nouvelle bistronomie pour son côté authentique. Elle a une cuisine franche et carrée, mais surtout elle ne transige pas avec le goût. C’est une grande technicienne qui aime travailler les légumes comme on travaille la viande ou un poisson : avec des jus ou des condiments.

 

Charline Stengel 19 ANS- PRINGY

Jeune cuisinière avec seulement 4 années d’expérience. Après son CAP obtenu haut la main, avec 16,5 de moyenne (Charline a été major de son l’établissement), elle a entamé un Brevet professionnel art de la cuisine à L’IMT de Grenoble. Très à l’aise dans les concours, celle qui avait terminé 3e au concours du meilleur apprenti de France, a remporté avec brio le concours Objectif Top Chef !

Lorsque son père s’est mis en couple avec sa belle-mère qui était serveuse, Charline passait tout son temps au restaurant avec cette dernière. Elle adorait l’ambiance et était émerveillée. Après un stage de 3ème en restauration, c’est le déclic. À seulement 14 ans, elle prend une décision importante et décide de partir de chez elle pour commencer une nouvelle vie et débuter son parcours culinaire. Elle débarque seule, sans argent dans une ville qu’elle ne connaît pas et se bat pour réussir en cuisine. Pour Charline, la cuisine c’est toute sa vie ! Elle adore faire déguster ses plats à ses proches, en particulier son papa dont elle est très proche. Cuisinier n’est pas un métier pour elle, c’est une passion. Recalée de tous les restaurants gastronomiques et étoilés où elle avait postulé, c’est grâce à sa victoire dans Objectif Top Chef et au chef Etchebest qu’elle prend de plus en plus confiance en elle et développe un mental d’acier. Elle apprend à gérer son stress et à contenir ses émotions et les transmet à travers ses assiettes : derrière les fourneaux, elle devient une véritable guerrière.

Univers culinaire : Elle qui n’avait jamais fait goûter sa cuisine à un grand chef et qui n’avait jamais eu la chance de travailler dans un restaurant étoilé, elle sait désormais qu’elle est faite pour ce monde de la gastronomie. Charline découvre qu’elle a, non seulement de la technique, mais surtout beaucoup de créativité. Une cuisine moderneavec du caractère et audacieuse dans les saveurs.

 

Baptiste Trudel 33 ANS- PARIS

Aujourd’hui Chef au restaurant Le Mordu (Paris), Baptiste a commencé aux côtés de Pierre Koffman, un chef français légendaire à Londres que l’on nomme “The Bear”. Il a également été Chef au Yard (Paris) et à la Machine à Coudes (Boulogne-Billancourt). Entre-temps, il a été Sous-chef au Iratze (Paris) et au Archie Green (Melbourne).

Il a commencé la cuisine à 21 ans par hasard. Il découvre via la plonge l’univers gastronomique et décide d’en faire son métier. Il travaille dans plusieurs grandes maisons avant de découvrir la bistronomie, une cuisine plus simple mais tout aussi créative selon lui. Il voyage beaucoup pour le travail : Australie, Bali... Puis revient à Paris pour travailler en tant que Chef au Yard. Mais il a envie d’aller plus loin. Il décroche une place de Chef dans un restaurant de grande taille dont il essaye de faire une grande maison. “Aujourd’hui, je suis au Mordu, je retrouve les plaisirs d’une grande cuisine, d’une brigade avec laquelle je travaille”. Son but est d’avoir plusieurs restaurants : un avec des étoiles, un lieu street-food, un bar à vin.

Univers culinaire : Il le définit en 3 mots : “Funky, sexy et tasty” ! Pour lui, le goût est évidemment important. Il a une vraie influence pour la street-food, asiatique, dans les sauces notamment.

 

Mathieu Vande Velde 22 ANS- BRUXELLES

Sous-chef au restaurant La Paix ** (Bruxelles), Mathieu a aussi été cuisinier au garde-manger, puis dégustation et garniture poissons au restaurant Comme Chez Soi**.

Après avoir été en échec scolaire pendant des années, c’est la cuisine qui a permis à Mathieu de s’épanouir. C’est son grand-père qui lui a d’ailleurs donné l’idée de se lancer dans la cuisine, créant l’étonnement de son entourage familial, qui, au départ était éloigné du monde de la cuisine. La cuisine a pris toute la place dans sa vie. Son objectif est clair : avoir un restaurant 3 étoiles ! “Aujourd’hui je suis sous-chef d’un restaurant 2 étoiles, c’est une belle revanche mais c’est pas assez”. Il est très com- pétiteur et a un vrai besoin de reconnaissance. En cuisine, il a besoin que ses plats soient les meilleurs, les plus techniques. Il instaure un climat de compétition avec les membres de sa brigade. Il se prépare à Top Chef depuis longtemps. Il reproduit les épreuves chez lui et se chronomètre. À seulement 22 ans, Mathieu est sous-chef d’un restaurant 2 étoiles. Il est un savoureux mélange entre la technique des grands restaurants et l’audace et la fougue de sa jeunesse. Sa cuisine est surprenante : il essaye d’utiliser des sels naturellement contenus dans certains aliments pour limiter le sel industriel, utilise des méthodes de cuissons innovantes et propose des associations de goûts peu communes.

Univers culinaire : II mêle les bases classiques et l’audace dans ses plats. Il met un point d’honneur à cuisiner sans sel et à ramener de la salinité par d’autres produits. Cuisine impulsive et créative. Il veut bouleverser les codes de la cuisine classique et technique par des associations de goûts inattendues. “Quand les gens dégustent mon plat, je veux qu’ils ressentent mon caractère, à chaque bouchée. Ma cuisine est sans filtre au niveau du visuel et du goût.”

 

Adrien Zedda LYON - 26 ANS

Aujourd’hui chef exécutif aux restaurants Victoire & Thomas et Culina Hortus, Adrien était sous-chef du restaurant Royal Mail** et chef du restaurant La Maison Ocre.

Très fier d’être chef du meilleur restaurant végétarien du monde, il a envie de montrer aux chefs et au monde en général que la cuisine végétarienne peut être créative et gourmande ! Adrien a participé à la 1ère saison d’Objectif Top Chef et n’a pas été très loin dans le concours. Dix ans après, il a envie de montrer à Philippe Etchebest ce qu’il est devenu et le grand chef qu’il est. Il rêve d’étoiles depuis toujours. Il a les étoiles dans les yeux à chaque fois qu’il va travailler dans son restaurant et souhaite maintenant les avoir dans le guide Michelin ! Il veut être le premier restaurant végétarien étoilé. Issu de la génération Top Chef, il voit l’émission comme un grand concours reconnu ! C’est une consécration de faire Top Chef et c’est un rêve !

Univers culinaire : Cuisine végétarienne avec l’utilisation de beaucoup de plantes sauvages et le légume travaillé à 100%.

Commenter cet article