Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 14/02 8h34

Document inédit, "L'homme du Président", film de Vincent Martigny et Joseph Beauregard, est programmé ce dimanche 14 février à 22h40 sur France 5.

Pour la première fois, 7 Secrétaires généraux de l'Elysée racontent quarante ans de vie politique française depuis les coulisses du pouvoir élyséen. Rouage essentiel du fonctionnement de l’Etat et du pouvoir politique, plus proche collaborateur du Président de la République, le Secrétaire-général fascine mais son rôle est méconnu. Homme de l’ombre au pouvoir étendu et à la discrétion légendaire, il est celui qui voit tout, entend tout, mais ne dit rien. Une plongée acérée dans l’exercice de l’Etat à travers le point de vue du principal conseiller du Prince.

Intervenants :

  • Pour le septennat de Valéry Giscard d’Estaing : JACQUES-HENRI WAHL (1978-1981)
  • Pour les deux septennats de François Mitterrand : JEAN-LOUIS BIANCO (1982-1991) et HUBERT VÉDRINE (1991-1995)
  • Pour les deux mandats de Jacques Chirac : FRÉDÉRIC SALAT-BAROUX (2005-2007)
  • Pour la présidence de Nicolas Sarkozy : CLAUDE GUÉANT (2007-2011)
  • Pour le quinquennat de François Hollande : PIERRE-RENÉ LEMAS (2012-2014) et JEAN-PIERRE JOUYET (2014-2017)

Vincent Martigny et Joseph Beauregard :

"Rarement exposé en pleine lumière, le Secrétaire général de présidence de la République est une fonction qui ne ressemble à aucune autre dans le fonctionnement institutionnel de la Ve République. Le « SG » comme on le surnomme dans les allées du pouvoir, occupe, à la croisée de la politique et de la haute-administration, le poste le plus sensible, le plus explosif et donc le plus risqué de la République.

De sa nomination à son départ de l’Elysée, on ne sait rien de lui ou si peu. Il est un mystère. A sa nomination, on apprend par les médias qu’il a toujours été formé à l’ENA, qu’il est parfois un camarade de promotion du président élu, qu’il est devenu un préfet solide, un diplomate aguerri ou un haut-fonctionnaire habile. Mais il existe une règle d’or non écrite qui hante cette fonction : le président a envers cet homme une confiance indéfectible, une confiance forgée dans l’adversité et la conquête du pouvoir, toujours, parfois dans l’amitié. Il est le seul collaborateur du président de la République qui n’a pas le droit de trahir.

Pour les téléspectateurs, cet homme est l’inconnu qui apparaît exceptionnellement en pleine lumière. Sa présence se résume à un costume austère, droit comme un « i » sur le perron de l'Elysée, qui lit d’une voie compassée, une feuille à la main : « Sur proposition du Premier ministre, le président de la République a nommé ... »

Au-delà d’un superintendant de l’Elysée qui gère, dans un gant de velours, le personnel et la vie du « Château », le Secrétaire général occupe une fonction vaste et complexe. Le « SG » est le véritable patron de l'administration de la présidence, le plus haut-fonctionnaire élyséen mais également le seul qui évolue dans la sphère intime et politique du chef d’Etat, qui gère ses affaires privées, le gardien de ses secrets. Il est à la fois le bras droit du chef de l'Etat et son bras armé, ses yeux et ses oreilles, son casque et son gilet par balle, son conseiller politique, diplomatique et stratégique.

Au quotidien, avec tact et fermeté, il assure la liaison avec le gouvernement et la majorité, retranscrit et organise concrètement la volonté politique du président. Il assure la coordination avec Matignon, prépare avec le Secrétaire général du gouvernement le Conseil des ministres et il est le seul membre de l’équipe présidentielle à y participer. Il organise le travail des conseillers, filtre et synthétise leurs notes, veille à la diversité des sources d'information et aux remontées du terrain, gère le maximum de problèmes pour ne pas polluer le président.

C'est vers lui et lui seul que doivent remonter toutes les informations dont il filtre celles qu’il juge utiles pour le président. C’est lui qui surveille, comme le lait sur le feu, les domaines réservés : défense et affaires étrangères. Dans l’histoire de la Cinquième République, il a pu être envoyé en mission à l’étranger pour faire de la diplomatie parallèle afin de régler des affaires ultra sensibles. Il est le maître des horloges, le numéro deux dans le cercle restreint du pouvoir élyséen où il incarne à la fois la pérennité de l’Etat et les décisions du président de la République. Il est un savant mélange de technocrate et d’homme politique, le tampon entre le président de la République et tout ce qui est extérieur à l'Elysée. Ce qui caractérise le Secrétaire général de l’Elysée, c’est la discrétion, voire le secret."

Crédit photo © Siècle Productions.

Commenter cet article