Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 05/02










A voir sur Arte ce soir, une théma au sujet brûlant : Gazprom. "Vladimir Poutine, Premier ministre et président au conseil d'administration de Gazprom en 2008 ? Probable. Car, les hydrocarbures russes sont son arme principale dans sa reconquête d'une puissance mondiale perdue depuis la chute de l'URSS".




Deux documentaires inédits diffusés dès 21h00.




A 21h00, Le monde selon Gazprom. Atouts, enjeux, stratégies... Entre Occident et Asie, une grande enquête inédite sur Gazprom, entreprise colossale pilotée par le Kremlin qui règne sur un tiers des réserves mondiales de gaz et affiche désormais sa volonté de puissance.




"Gazprom, conglomérat industriel et financier créé en 1992, constitue l'arme maîtresse de la stratégie géopolitique du Kremlin. Premier producteur de gaz naturel, la Russie détient en effet un tiers du total des réserves mondiales. 

Chargée de le produire, de le distribuer et de le vendre, Gazprom est une société pas comme les autres, où oeuvrent des professionnels des marchés gaziers, mais aussi des ministres, des députés, et des conseillers proches du président russe. C'est lors de l'hiver 2005/2006 que l'Europe, qui achète 30 % de son gaz à la Russie, a pris soudain conscience de sa vulnérabilité. 

Comment ? Du jour au lendemain, la Russie venait de couper l'approvisionnement en gaz de l'Ukraine pro-occidentale de Viktor Iouchtchenko, qui refusait de payer des tarifs multipliés par cinq. Depuis, la hausse continue des prix du pétrole, couplée à une demande chinoise toujours plus importante, est venue confirmer le rôle clé que ses hydrocarbures confèrent à la Russie. Des ressources dont Poutine et son entourage ont su reprendre le contrôle intégral et dynamiser l'exploitation. Le monde selon Gazprom est une visite guidée inédite et exclusive d'un empire en pleine expansion."





A 22h30, Le prisonnier du Kremlin. Comment le Kremlin a remis la main sur la plus florissante des compagnies pétrolières en jetant en prison son ambitieux et "trop critique" PDG, Mikhaïl Khodorkovsky.





Commenter cet article

brita 05/02/2008 16:23

ne pouvant être réélu à son poste de président, tous les moyens sont bons pour garder l'euphorie du pouvoir