Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 28/02 7h10










Mongolie, les bidonvilles des steppes
. Un reportage de Samuel Le Bihan et Alexandre Bouchet à voir ce soir dans Envoyé spécial sur France 2.




Carte blanche donc au comédien Samuel Le Bihan. Ambassadeur dAction contre la Faim, il est parti à Oulan-Bator, la capitale de ce qui fut l’un des plus grands empires de l’Histoire et qui témoigne aujourd’hui d’une modernité destructrice pour ceux qui ne peuvent s’y adapter. Dans les bidonvilles de la périphérie, les yourtes traditionnelles s’étendent à perte de vue.




Mais ici, les nomades sont devenus sédentaires, chassés par les "dzüüd", des terribles tempêtes glacées qui ont décimé leurs troupeaux et les ont conduit à un exode forcé et porteur de désillusions.




Sillonnant la ville, Samuel Le Bihan part à la rencontre de quelques uns des 5 000 troglodytes qui errent dans les rues pendant la journée et disparaissent avec la lumière dans les entrailles de la capitale mongole. Il nous raconte l’histoire de Naranjarül. Vivant seul avec son fils de quatre ans, cet ancien prof au chômage est désormais condamné à fouiller les poubelles de la ville à la recherche d’ordures destinées au recyclage. Six mois par an, la nuit tombée, la température chute à – 30 degrés ; s’abriter dans les puits d’accès au réseau de chauffage est pour eux la seule façon de survivre…




Samuel Le Bihan poursuivra sa route dans le sillage de la ruée vers l’or des "ninjas". C’est ainsi que l’on appelle les bergers qui ont tout quitté pour devenir chercheurs d’or. Mais l’histoire de la Mongolie est-elle seulement celle de ces êtres perdus entre deux mondes ?




Interrogé par TV Grandes chaînes, le comédien dit qu'il n'attend rien du public et de la diffusion de ce reportage, chacun réagissant à sa manière. "Certains téléspectateurs vont surement donner de l'argent, ce qui est vraiment utile. Mais je ne veux culpabiliser personne. L'important, c'est de prendre ses responsabilités face à la misère. Quand on vit dans l'opulence, c'est bien de se soucier de son prochain".




Au sujet du choix de la Mongolie, Samuel Le Bihan voulait parler d'un pays oublié. La Mongolie," quand on l'imagine, on pense steppe et nomades. On oublie les bidonvilles en pleine campagne et les enfants qui vivent dans les égouts. " Il est donc allé voir l'agence CAPA avec son projet sous les bras. Ils sont partis 12 jours là bas en novembre dernier..




Commenter cet article

andrea 31/05/2008 15:10

touchée par le destin de ce père avec son fils de 4 ans, j'aimerais pouvoir l'aider. Existe-t-il un compte pour des dons, ou y a t-il autre chose que je puisse faire.

Pascal Ramonet 28/02/2008 23:06

Le reportage de Samuel Le Bihan rappelle à nous tous, et fait découvrir à certains d'entre nous, que les problèmes rencontrés par ceux que nous appelons les enfants des rues oblige aujourd'hui des enfants de quelques mois à peine à leur majorité et plus pour certans à survivre dans la rue - et dans les égouts pour se réchauffer l'hiver... Comme disait Samuel dans le reportage : "la situation de ces enfants m'a touché"... "je dois témoigner"... "la remontée d'information est importante"...  sur la situation de plus de 6000 enfants. L'association Tavan Khana agit pour soutenir l'ensemble des projets pour venir en aide aux enfants des rues en Mongolie. Merci à Samuel Le Bihan pour son reprtage et son témoignage. Pascal. http://perso.orange.fr/tavankhana/

marianne 28/02/2008 22:33

très touchée par ce reportage : que peut- on faire, en particulier pour ce père et son fils ?

Ours 28/02/2008 09:09

"terribles tempêtes glacées qui ont décimé leurs troupeaux"... mais je croyais qu'on etait en plein rechauffement climatique, que ca fondait partout a la vitesse grand V, et que le thermometre montait en fleche...
On nous aurait menti ?

Julos 28/02/2008 07:13

Matinales, les mises à jour ;)