Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par 23/03 7h50

 








Anne-Sophie Lapix, et Harry Roselmack présenteront un nouveau numéro du magazine "7 à 8" ce dimanche à 18h50 sur TF1. Le sommaire ci dessous. 





Madame Fourniret


Jeudi prochain s'ouvre aux Assises de Charleville-Mézières le procès du tueur en série présumé Michel Fourniret. Il devra répondre aux accusations de sept meurtres, de sept viols ou tentatives de viols et d'un enlèvement de jeunes femmes commis entre 1987 et 2003. A ses côtés, dans le box des accusés, sa compagne, mère d'un de ses enfants, Monique Olivier. Elle est accusée de complicité dans plusieurs de ces  affaires. Qui est donc cette femme de 60 ans ? Quel rôle a-t-elle joué dans l'ombre de celui que l'on surnomme « l'ogre des Ardennes » ? Femme sous influence ou manipulatrice ? Eléonore Gay et Vincent Delmotte ont enquêté pour tenter de mieux cerner sa personnalité. 



 
L'homme-requin

C'est le nouveau commandant Cousteau. A 27 ans, Rob Stewart nage avec les requins comme personne ne l'a jamais fait avant lui, sans cage, ni cotte de maille... A dix ou soixante mètres de profondeur, avec bouteille ou en apnée, il côtoie certaines des espèces les plus dangereuses comme les requins tigres. Il prend des risques, des risques calculés. La passion de Rob remonte à sa petite enfance. Fasciné par les poissons, les  tortues, les serpents, il est devenu photographe animalier. Mais, c'est le sort des requins qui le préoccupe le plus. Ce prédateur des mers à la mauvaise réputation est menacé d'extinction, victime de pêches intensives, parfois barbares. Car son aileron est très apprécié en Asie où il se consomme en soupe.
De son histoire d'amour pour les requins, Rob Stewart en a fait un film. Un tournage qui a duré cinq ans, durant lequel, au contact de l'animal et des hommes, il a risqué plusieurs fois sa vie. Reportage de Joël Bruandet et Jérôme Alexandre aux Bahamas, au Costa Rica et au Canada, sur les traces de l'homme-requin.



 
Qui est Yelle?

Elle est le phénomène pop du moment, pourtant il y a deux ans, personne n'avait encore entendu parler de Julie Budet alias Yelle, une jeune Bretonne de 25 ans en contrat jeune pour une troupe de théâtre près de Saint-Brieuc. L'histoire commence comme un gag par une chanson et un clip composé et réalisé avec quelques amis pour répondre aux textes machos et provocateurs du  chanteur de rap « Cuisinier ». Dans son morceau « je veux te voir », Yelle utilise elle aussi des mots crus, et ridiculise la misogynie du rappeur, le tout sur Internet, téléchargeable gratuitement. Le succès est fulgurant : des milliers de connections en quelques jours, des millions en quelques mois... Désormais, on s'arrache Yelle. Le comique pasticheur Michaël Youn enregistre avec elle un duo « Parle à ma main » qui sera pendant sept semaines en tête du classement des ventes de single en France. Mika lui offre la première partie des concerts de sa tournée européenne. Les mannequins de la très « tendance » Stella Mac Cartney défilent sur sa musique. Quant à Jean-Charles de Castelbajac, il s'inspire du look fluo des années 80 de Yelle pour dessiner les robes de sa nouvelle collection. Un reportage de Emmanuel Reitz, Charles Champain et Aurel Ziegler.



 
L'adieu manqué

La mort cette semaine de Chantal Sébire, défigurée par une tumeur au visage et qui demandait une assistance pour mourir, a relancé le débat sur la légalisation de l'euthanasie en France. 
Philippe mène, lui aussi, un combat en ce sens. Son fils, Jérôme, 16 ans, était atteint de la maladie de Hodgkin, un cancer des ganglions lymphatiques, un mal incurable. Un matin de décembre, il a succombé à l'injection d'un puissant sédatif. Pour le père, c'est une euthanasie active, et si les médecins ne lui avaient rien dit des conséquences de cette injection, c'est qu'ils ne pouvaient le faire, la loi n'autorisant pas cet acte. Philippe ne remet pas en cause la décision des docteurs, mais il regrette de n'avoir pas pu dire adieu à son fils, de n'avoir pas pu l'accompagner dignement jusqu'au bout. C'est le portrait de la semaine, par Thierry Demaizière.




Commenter cet article

DILMI KARIM 25/03/2008 13:26

BONJOURJe voulais juste vous signaler que l'euthanasie a toujours exsisté en france. Pour l' avoir vécu je voulais juste rassuréce père de famille qui ma énormément touché de part son discours,il est vrai que dans ses moments la, je t'aime n est pas la dernière chose que l on veut dire ,la seule chose qu'il nous tient a dire c est ne me quitte pas.Pour avoir accompagné mon père jusqu' a son dernier souffle"grace" aux medecins avec qui nous avons décidés de ne pas tombés dans un anacharnement thérapeutique, il venait de faire 60 ans , mais son etat general etait catastrophique suite a une longue maladie ( leucémie), l adieu fut horrible et le fait d etre a coté de lui , impuissant, sans rien pouvoir faire juste a lui tenir la main et le regardé partir desolé je n arrive pas a trouvé les mots pour decrire ce que j ai vécu mais je voulais juste dire a ce papa "COURAGE"