Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par thomas MAJ 30/03 7h58





Dimanche 30 mars 2008 à 22h50 : En raison de l´actualité, M6 remplace "Enquête exclusive" par une édition spéciale de "Zone Interdite" .Une émission présentée par Mélissa Theuriau qui recevra en exclusivité Virginie Letellier, la fille aînée de Chantal Sébire qui ne s’est pas exprimée depuis le décès de sa mère.




Dimanche 30 mars 2008 à 22h50 :


Le dernier combat de Chantal Sébire 


"Nous avons accompagné Chantal Sébire au jour le jour, dans son petit appartement de Plombières-les-Dijon mais aussi lors de sa dernière sortie pour se rendre au tribunal et lors de sa rencontre avec les représentants de l’association pour le droit à mourir dans la dignité. Nous avons rencontré ceux qui chaque jour ont partagé son épreuve, sa fille Virginie et son médecin, le docteur Emmanuel Debost. Au fil des heures c’est une relation intime qui s’est nouée entre Chantal Sébire et l’équipe de tournage. Elle oublie parfois la présence de la caméra, parfois elle l’interpelle, parfaitement consciente du témoignage qu’elle veut laisser. Chantal est en colère contre la justice et les responsables politiques, Chantal lutte contre la douleur qui soudain la terrasse … c’est aussi une femme qui aime passionnément la vie et qui profite jusqu’au bout d’instants de bonheur et de gaieté avec ses amis et ses enfants.


Cette institutrice de 52 ans, mère de trois enfants était atteinte depuis sept ans d’une tumeur incurable qui lui déformait le visage et la faisait terriblement souffrir. Chantal Sébire, forte personnalité, se disait « violemment opposée au suicide » mais elle avait décidé en pleine conscience, de mener une ultime bataille : obtenir de la justice le droit à l’euthanasie. Un « droit » qui lui a été finalement refusé, conformément à la loi française.
Chantal Sébire refusait les traitements anti-douleur comme la morphine qui disait-elle, l’aurait plongé dans un état comateux. Elle refusait également l’hospitalisation dans un service de soins palliatifs. Elle voulait mourir, chez elle, au milieu des siens, en quelques minutes et quand elle l’aurait décidé. On sait aujourd’hui qu’elle a succombé à une dose mortelle de barbiturique. Une enquête est en cours pour déterminer notamment comment Chantal Sébire a pu être en possession de ce produit
. "



Un film de Antoine Robin et Alex Badin,
Production Up Side TV .



Commenter cet article

jean paul 28/04/2008 21:20

Quelle pornographie, et quelle démogogie !ceci n'est pas du journalisme, c'est une opération commerciale menée par une sous sous sous branche de l'agence havas ! scandale !! depuis quand les publicitaires font ils des documentaires ??

marie-neige 31/03/2008 10:36


Quand il n'y a que la souffrance, celle qui vous abrutie au point de ne plus savoir ce que le répit est, quand il n'y a que l'issue définitive, doit-on en plus se cacher pour ne pas déranger les autres, car mine de rien c'est que nous dit une part de la société : "souffrez en silence, cachez-vous  et partez avec vos propres moyens surtout  laissez-nous vivre tranquillement, on ne veut pas voir quelle indécence ce se montrer ainsi"
....ce film devrait faire partie de programmes pédagogiques !

sweethy 31/03/2008 00:02

Un documentaire émouvant fait à la demande de cette femme qui a été au bout de la souffrance, au bout de ce qui était humainement possible de supporter. Et malgré tout, quelle vitalité dans ces instants d'apaisement, quel humour aussi ... et quelle lucidité sur sa situation.Il reste, maintenant, à prendre en compte la leçon et le le message qu'elle a délivré. Comme l'a dit sa fille à la fin du documentaire, c'est difficile de légiférer mais pourquoi ne pas mettre en place un conseil d'éthique qui écoute avant tout les malades quand ils parlent de leurs souffrances. D'autres pays européens ont mis en place des cas d'exception dens leurs lois et il n'y a aucun "débordement".

PLANCHE CECILE 30/03/2008 23:56

Bonjour à tous, je viens de regarder votre reportage. J'ai decouvert avec ce reportage CHANTAL SEBIRE, car etant à l'etranger lors de ces faits, je n'etais pas au courant de ce probleme.Votre reportage m'a enormement touché et peiné, je souhaiterai apporter tout mon soutien à ses enfants, car ils ont été tres tres touchant lors du reportage et encore sa petite fille qui a tres bien parlé et egalement à Virginie.Merci à M6 et tout mon soutien à sa famille et proche, et à Chantal qui m'a été tres touchante, que son ame repose en paix.C.P

Jerem 30/03/2008 15:19

Je me trompe où la semaine dernière, dan Corrigé et Revu, la fille de Chantal TEBIRE a demandé aux médias de les laisser tranquille ?!Ok c'était le combat de sa mère ... Mais elle voullait obtenir un droit, ou au moins lancer un débat, pas que l'on s'acharne sur son triste sort.Les médias ne peuvent pas pour unefois respecter ça ? Seul France3 l'a fait avec le débat, la semaine dernière.

jphfr56 30/03/2008 09:22

Je crois surtout que c'est Chantal Sébire qui voulait faire passer son méssage et son combat sur la fin de vie, et à choisit ZI pour cela. Et ce sujet merite d'etre traité, pour finir avec l'hypocrisie sur la fin de vie, et l'acharnement thérapeutique. Spécial dédicace à Boutin qui pense qu'un cancer au visage n'est qu'une simple disgrâce physique.

Ours 28/03/2008 22:04

Aucun recul, aucune avancee, rien que du raccolage pour faire de l'audience.
Absolument nauseux.
Une chaine correcte organiserait un debat.
M6 prefere surfer sur la vague en accolant des images a sans doute un discour compatissant.
Mais M6 est gentille : elle tendra en fin d'emission le micro a la fille...

MSA 28/03/2008 17:23

En Suisse, Profitant du vide juridique, une association propose d'envoyer à ses "clients" un nécessaire pour se suicider grâce à de l'hélium.http://www.rue89.com/2008/03/28/un-nouveau-kit-euthanasie-cree-lemoi-en-suisse

Bijou 28/03/2008 17:22

"Elle voulait mourir, chez elle, au milieu des siens, en quelques minutes et quand elle l’aurait décidé. On sait aujourd’hui qu’elle a succombé à une dose mortelle de barbiturique. Une enquête est en cours pour déterminer notamment comment Chantal Sébire a pu être en possession de ce produit. "Il faut respecter le choix de cette dame. Et laisser ses proches tranquille.