Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 09/04 7h55










C'est ce mercredi 9 avril que France 2 débute la diffusion,à 20h55, de la série La cour des grands ;  une série créée par Didier Cohen. Et réalisée par Christophe Barraud. Chaque épisode a pour fil rouge le destin d'un enfant.




Immersion dans le quotidien d’enfants, de parents d’élèves et d’instituteurs d’une école primaire d’un quartier populaire de La Seyne-sur-Mer, près de Toulon. Des destins croisés filmés caméra à l’épaule.




Avec : Marie Bunel, Thierry Desroses, Jean-Claude Adelin, Fabienne Perineau, Caroline Mouton, Salomé Stévenin, Baldo Gueyé, Abdallah Moundy, Olivier Rabourdin.
 




Synopsis :

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas à l'école primaire Louis Lumière. Passée l'heure de la rentrée, la vie reprend son cours, escarpé, sous le soleil de la Seyne sur Mer.

Parents inquiets, enfants en difficulté, instits tourmentés, Lisa Rivière en directrice dévouée, veille sur son entourage.

Lorsque la grille de l'école est fermée, c'est sur Lou, sa petite fille de huit ans, que se porte son attention. D'autant qu'elle s'est séparée de Jibé, son mari.

Ca ne va pas très fort non plus pour Jean-Pierre Volget. Non seulement son fils s'est fait virer du lycée, mais sa femme, accablée par sa rigidité, a décidé de le quitter.

A l'école, l'instit tente de faire bonne figure, même s'il s emontre plus désagréable que jamais avec ses collègues, en particulier l'élégante Lucille Fabre-Valette qu'il semble avoir pris pour cible.

Nouvelle venue à l'école, la timide Annabelle Cartier fait ses premiers pas balbusiants d'enseignante...




Pour cette série, le réalisateur désirait sortir des schémas classiques, des traditionnels champs/contre-champs, faire en sorte que la caméra devienne tributaire des comédiens et non le contraire. Qu'il n'y ait ni contraintes de lumières ni de déplacements.
"Les acteurs devaient se sentir libres...Car il ne s'agit pas tant d'improvisation que de liberté. Notre credo est d'être au plus près de la réalité. Et, pour favoriser leur spontanéité, j'ai limité les répétitions."




Episode 1 à 20h55 :
Bertrand Claverie, jeune instituteur très aimé de ses élèves, se suicide en jetant sa voiture du haut d'une falaise. La classe de Bertrand est sous le choc à l'annonce de sa mort. Un des élèves, le petit Fabien Moreau, 10 ans, une forte tête, semble détenir le secret de la mort de son instituteur. Fabien vit seul dans une chambre d'hôtel minable avec sa mère, qui est dépressive. Lisa Rivière, la directrice de l'école, aura beaucoup de mal à amadouer le petit rebelle.




Episode 2 à 21h55 : Félix Reynal, 8 ans, vient d'arriver à l'école Louis-Lumière. Il ne voit son père, Vlad Mankievic, qu'en cachette car celui-ci est un voyou, recherché par la police pour meurtre. Félix devient ami avec Lou, la fille de Lisa Rivière. Jibé, le père de Lou, qui est inspecteur de police, utilise cette amitié enfantine pour piéger Vlad. Lorsque Vlad est arrêté par la police, sous les yeux de Félix, tout l'univers du petit garçon s'écroule.




Quelques critiques :


- Christine Bravo, ex institutrice (via Télé Loisirs) : elle a regardé l'épisode que le magazine lui a fait parvenir et ça l'a déprimée. "C'est vachement noir ! Peut-être faut-il voir la série dans la continuité pour s'attacher aux personnages, mais l'école y est traitée sous ses aspects les plus dramatiques. Même l'antagonisme au sein du corps professoral est exagéré !" (...) "Je rêve de voir un Dr House à l'école.Les élèves ne sont pas des anges, les profs non plus. Mais on préfère montrer des Zorro de l'éducation, qui arrivent en sauveur, style L'instit".


- Le Monde : "en six épisodes, La cour des grands réussit l'exploit de renouveler le genre, sans artifice ni racolage. En s'appuyant sur des dialogues d'une grande justesse et en maniant des intrigues assez crédibles pour que le suspense puisse trouver sa place, cette plongée naturaliste nous fait ausis découvrir notre monde tel qu'il est."


- Le Figaro : "L’originalité de la série tient notammentaupoint de vue adopté par Didier Cohen puisque chaque épisode est centré sur un élève, hérosdel’intrigue principale. Autre particularité utilisée dans les séries américaines, mais pas encore dans les françaises, il commence par la scène la plus forte (...)On revient ensuite en arrière pour expliquer comment on en est arrivé là, avant de reprendre le fil de l’histoire.
(...)
 On entre de plain-pied dans La Cour des grands et on est vite happé à la fois par le rythme, les intrigues, et les personnages. Le ton sonne juste ".


- Télé Câble :  "Malgré quelques maladresses, le créateur de L'instit, Didier Cohen, renouvelle le genre de manière originale. Les personnages sont attachants."


- TV Grandes Chaînes : "Un premier épisode prometteur où marie Bunel excelle en directrice d'école généreuse. Le second, en revanche, déçoit."


- Télé Star : "Malgré quelques clichés, ce spremiers opus ne manquent pas de caractère et sont portés par le jeu sensible de Marie Bunel".





Commenter cet article

cerise 17/04/2008 20:59

au début de ce téléfilm je pensais voir un petit peu plus ma petite soeur qui est figurantes dans la cour des grands. Depuis les 4 épisodes je l'ai vu qu'une seule fois .Mais bon elle n'a pas de role c'est normal et je voulais dire aussi que ce téléfilm est vraiment super.

Bernard 09/04/2008 09:24

Christine Bravo a fait un court passage dans l'éducation Nationale. C'est ce qu'elle se plait à répeter. A l'entendre, elle y était excellente : elle faisait tout mieux que les autres... Mais pourquoi n'y est-elle pas restée ?L'autre soir, chez Ruquier, elle n'a même pas été capable de faire une division par un nombre de deux chiffres !!!

Isa. 09/04/2008 08:07

Déçu par le cast de Nouvelle star, c'est ce que je vais regarder :)

Julos 09/04/2008 08:07

Face à House et Nouvelle star, le démarrage s'annonce délicat.