Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par thomas 17/04 7h42






Jacques Gantié a interrogé pour le quotidien Nice matin l'animateur Frédéric Taddéï (Ce soir ou jamais). Un entretien paru dimanche dans ce journal du sud de la France.




Il y dit le bien qu'il pense de la suppression de la publicité (tout ou partiellement) dans l'audiovisuel public : à partir du moment où, comme l'a promis Sarkozy, l'argent sera trouvé, euro pour euro. "La réforme devrait libérer le service public de la pression financière, à condition de ne pas sous-financer ni d'autoriser une direction à jouer les ayatollahs de la culture en faisant Arte aux heures de grande écoute".




Au sujet de Ce soir ou jamais, le concept était clair dès le départ, dit-il : l'actualité vue par la culture. "On intéresse aujourd'hui plus de gens que ceux censés être le public d'une émission "culturelle" et l'info et la culture sont les clés pour comprendre le monde". Il n'est pas obésédé de l'audience , mais se dit heureux de voir que l'émission fait 8 /8.5% de part d'audience, avec des pics à 12%. "Je fais partie de ces privilégiés à qui l'on fiche une paix royale sur ce plan. Jamais un coup de fil de la direction pour me parler de bons ou mauvias chiffres !"




Les ingrédiens d'un débat réussi ? Un bon sujet qui intéresse tout le monde certes, mais à condition de poser les questions autrement, dit Frédéric Taddéï. Quant à la composiiton du plateau, le choix des invités est le plus difficile. Il ne veut pas de chroniqueurs, pas de stars en promo, pas d'"experts de service". "Chez moi, ceux qu'on voit partout sont sur liste noire !"




Concernant l'avenir, il aimerait faire une émission politique, mais ne se fait guère d'illusions, ce domaine étant entre les mains des rédactions. "Avec leurs hiérarchies et leurs pesanteurs".




Commenter cet article