Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 16/05










A voir ce vendredi ! FIPA d'or de la meilleure fiction et FIPA d'or pour l'interprétation de Jean-Pierre Darroussin, "Le septième juré" est proposé ce soir aux téléspectateurs de France 2.




Le synopsis :


1962, une petite ville de province...Grégoire Duval, respectable pharmacien, assassine une jeune femme dans un moment de folie. Personne ne l'ayant vu commettre son crime, il décide de se taire et de reprendre tranquillement le cours de sa vie.


Mais bientôt, un suspect est arrêté : Kader Boualem, dernier amant de la victime. Que plusieurs témoins ont vu sur les lieux du crime.


Aux yeux de la bonne société de la ville, dont le racisme est exacerbé par la fin de la guerre en Algérie, l'ouvrier arabe fait figure de coupable idéal.


Grégoire comprend que la situation est critique pour cet innocent que tout accuse. D'autant que ses amis notables réclament un procès exemplaire et la peine de mort !


"Ironie" du destin, Grégoire est nommé juré au procès de Kader...avec la charge de juger un crime qu'il a lui-même commis !










Selon les producteurs Laurent Ceccaldi et Christian Charret, Le septième juré est un rêve de producteur. "Avec son pitch "Hitchockien" aussi simple que brillant, vous faites instantanément fantasmer n'importe lequel de vos interlocuteurs et vous vendez le projet sans trop de peine, d'autant que les cinéphiles gardent un bon souvenir de la première adaptation ciné du livre de Francis Didelot réalisée par Georges Lautner, avec Bernard Blier. Et nous n'avons pas cité Hitchcock par hasard, puisque le roman a été adapté aux USA pour un épisode de la série TV "Alfred Hitchcock présente"".




Jean-Pierre Darroussin, de son côté, trouve ce téléfilm efficace, différent de celui de Lautner et apparemment plus fidèle au roman de Didelot.




Concernant son personnage, Darroussin juge que Duval est enfermé dans sa propre prison intérieure. Victime d'une frustation, d'une rage qui le dépassent, Duval souffre et essaie de contenir ce monstre qui est là, en lui, et qui peut surgir à tout instant. "Je pense que Duval est lui-même sidéré de ce qu'il est. Ce personnage, tout en force intérieure, je l'ai envisagé en équilibre, constamment au bord du gouffre. Il chuter, on le sait. Ce qu'on ignore, c'est comment, de quel côté et à quel moment".




Réalisation de Edouard Niermans. Scénario, dialogues, adaptation de Didier Le Pêcheur.




Avec outre JP Darroussin, Lahcen Razzougui (Kader Boualam), Isabelle Habiague, Pascal Elso, Eric Naggar...




Parmi les critiques presse, Le Monde écrit que la mise en scène est impeccable, la direction d'acteurs également ( elle est servie par nombre de seconds rôles remarquablement interprétés. Le quotidien trouve mérité le FIPA attribué à Darroussin et au film.




Le Figaro évoque une interprétation magistrale ("l’interprétation époustouflante d’ambiguïté de Jean-Pierre Darroussin qui arrive à rendre pathétique l’odieux criminel récidiviste qu’il interprète" ) ! Et une fiction qui dresse avec justesse le portrait de la société française durant la guerre d’Algérie.




Photos copyright Laurent Denis - France 2.



Commenter cet article

LAIGUILLON 18/06/2014 11:31

Auriez-vous enregistré ce téléfilm avec Jean-Pierre DARROUSSIN. Je recherche ce téléfilm et
je l'ai loupé. Merci de votre réponse dès que possible.

Désiré Roegiest 26/05/2009 07:53

Le film de Georges Lautner, avec Berbard Blier, reste inégalé. D'ailleurs pourquoi refaire ce qui était réussi? Quant à Daroussin, il ne semble ne pas croire un seul instant à son personnage et le joue "mou". Quant à la fin diabolique du 1er film (la femme de Blier le fait interner dans un asile d'aliénés pour éviter le scandale) est ici remplacée par le suicide du 7ème juré, une fin prévisible et fort peu originale. C'est évidemment un 'remake' totalement inutile. 

RIEN 16/05/2008 17:48

http://celuiquilitceciestuncon.over-blog.com/