Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 06/10








La mise à mort du travail
. Une série documentaire de Jean-Robert Viallet. Sur une idée originale de Christophe Nick. Prochainement dans Hors-série, le rendez-vous documentaire de France 3 programmé le lundi à 20h35.


Premier volet diffusé le lundi 26 octobre. Suivi d'un débat avec Marie Drucker.


Patricia Boutinard Rouelle, coordonnatrice des documentaires de France Télévisions, note qu'à l’heure où certains événements bouleversent l’opinion et nous interpellent sur la place du salarié dans l’entreprise, le service public propose une programmation exceptionnelle avec une série documentaire sur l’un des thèmes majeurs de notre société, le travail.


Après la série Chroniques de la violence ordinaire (diffusée sur France 2 en 2005) et École(s) en France (diffusée sur France 2 en 2006), Christophe Nick avec cette nouvelle collection continue à s’interroger sur les grandes zones de fracture de la société française en ce début de XXIe siècle, ajoute Patricia Boutinard Rouelle.


"Après deux ans et demi d’enquête, il nous fait pénétrer dans un monde où les caméras ne sont jamais les bienvenues : celui de l’entreprise. Jean-Robert Viallet, le réalisateur, a repris les grands principes qui font la force des précédentes séries : unité de lieu, temps long de préparation et de tournage, recherche de situations archétypiques et non extrêmes, collaboration des institutions concernées (ici les prud’hommes, l’hôpital, la Bourse du travail) et accord de toutes les parties.

Ce travail monumental, systématique et rigoureux nous permet de mieux comprendre cette relation complexe entre le travail et le capital, entre des entreprises, leurs dirigeants et leurs salariés. Dans ces trois fi lms qui mettent en scène des caissières d’Intermarché, le patron de Carglass ou les actionnaires de Fenwick, on découvre ce qui participe de l’épanouissement des uns et de la souffrance des autres. En quoi les logiques de rentabilité des actionnaires financiers pulvérisent les liens sociaux et humains qui faisaient la force des entreprises.

Le résultat est inédit. Pour la première fois, une série explore les méthodes de gestion dans l’entreprise. Pour la première fois, une série sur le travail parvient à allier rigueur sociologique, enquête journalistique et dramaturgie. Ce qui jusqu’alors n’était traité qu’avec une accumulation de témoignages prend ici toute sa force documentaire
".



Les trois épisodes :


L'ALIENATION
(programmation lundi 26 octobre à 20h35).

En France, 3 salariés sur 4 travaillent dans les services. S’il y a une crise du travail, c’est donc de là qu’il faut l’observer. L'équipe d etournage s'est installée dans une entreprise anodine, une entreprise comme il en existe aujourd’hui des dizaines de milliers dans le monde : Carglass. Mondialisée, standardisée, Carglass est une filiale du groupe anglais Belron présent dans plus de 30 pays du monde. Ici, deux credo : une productivité maximale et un client roi totalement satisfait. Deux notions qui, aujourd’hui, dans toutes les entreprises de services du monde, imposent la mise en place d’un management de la manipulation...


LA DESTRUCTION
(programmation un lundi à 20h35).

Dans un monde où l’économie n’est plus au service de l’homme mais l’homme au service de l’économie, les objectifs de productivité et les méthodes de management poussent les salariés jusqu’au bout de leurs limites. Jamais maladies, accidents du travail, souffrances physiques et psychologiques n’ont atteint un tel niveau. Des histoires d’hommes et de femmes chez les psychologues ou les médecins du travail, à l’Inspection du Travail ou au conseil des prud’hommes qui nous révèlent combien il est urgent de repenser l’organisation du travail.


LA DEPOSSESSION
(programmation mercredi en 2e partie de soirée).

Alors que la crise fait vaciller le capitalisme financier, La Dépossession raconte l’extraordinaire pouvoir des actionnaires sur le travail et les travailleurs. L’histoire nous transporte d’une usine Fenwick – un fabricant industriel de matériel de manutention implanté dans le centre de la France – jusqu’aux arcanes de la finance new-yorkaise. Petite entreprise française née il y a 150 ans, Fenwick est rachetée en 2006 par l’un des financiers les plus redoutés des États-Unis, Henry Kravis. Un homme à la tête du fonds d’investissement KKR, dont les ventes annuelles dépassent celles de Coca-cola, Disney et Microsoft cumulées. Avec ce rachat, pour les salariés français de Fenwick, la donne va radicalement changer. Cette même histoire se déroule dans des dizaines de milliers d’entreprises à travers le monde.



Sur France 3.fr : Le site Internet dédié à La Mise à mort du travail proposera de nombreuses vidéos : des extraits du documentaire, mais aussi beaucoup d’images inédites (rushes) et les coulisses du tournage. Il proposera également, toujours en vidéo, les témoignages des travailleurs et les entretiens avec les spécialistes du monde du travail : sociologues, économistes, médecins... Le site sera constamment réactualisé au rythme de la diffusion de la série documentaire et un forum permettra au public d’échanger et de témoigner, mais aussi de poser des questions aux différents protagonistes (réalisateurs, spécialistes, etc.) du documentaire.



Crédit photo © FTV Pôle France 2.


Commenter cet article

modena 02/04/2010 18:17



J'y travail depuis plus d'un an chez carglass, et je peux vous dire que ce reportage est le reflet de la vie quotidienne des personnes y travaillant............



lienty 23/10/2009 10:55


Je ne travaille pas cher carglass ni fenwick...

j ai par contre été regardé les quelques extraits du reportage.

JE ne vais pas nier que tout n'est pas roses dans les entreprises, qu il y a surement comme partout des trucs bien pas bien..

par contre je regarderais lesr eportages, car les bandes annonces laissent présager un parti pris.

Il y a une scene de recrutement chez carglass, commencez par l'écouter sans regarder l image, je n'ai rientrouvé de choquant dans cet extrait d'entretient.

par contre des que l on regarde l image, le cadre est fait de telle facon, les sujets filmés sont tellement mou triste...

que la cela en devient choquant.

Je sais bien qu il faut faire du sensationnel, que l'actualité est au suicide, au mal etre... mais  j ai un peu peur que ce ne soit pas un reportage sans partis pris mais bien une incquisition
de ses entreprises.

Exemple : sur l un des extrait , une personne explique que l objectif est d'avoir des salariés heureux. Cela me semble normal comme objectif, come il est normal que cet objectif ne puisse pas etre
atteint pleinnement.

Mais pour dire cela on filme la personne en contre plongée, en lui mettant un éclairage blafard de face , ce qui ecrase ses ombres et le rend proche un monstre de la famille adams avec une tete de
misereux.

Donc il y  a le discourt prononcé par la personne et ce que le cameraman montre. Quelque puisse etr ele discourt, l image laisse une impression qui dérange.

ca, c est  du partis pris ou alors de l incompétence du caméraman, et je ne pense pas qu il soit incompétent.

donc on verra le reportage mais jespere que tout ne serapascomme cela.


RIRI14 23/10/2009 07:10


Lè fote dortograf on sen fou, tien la je técri en texto, com sa tè eureu. le plu importan c lè condition de travail, pa lè fote dortograf. hor sujé, si ta rien dotre a dir change de forum


moi 22/10/2009 23:42


Bonjour à tous je suis technicien chez fenwick et je tiens absolument a témoigner sur la réalité des conditions de travail dans lesquelles nous exerçons notre metier aujourd'hui surchargé par
rapport à 4 ou 5 ans en arrière.
Jugé avec des indicateurs de performances et rappelé a l'ordre chaque semaine sur les heures a rendre, sur le stress volontairement provoqué par nos responsables pour ramener des devis sans compter
le traitement des déchets, la gestion des pièces, le remaniemant informatique imposé pendant les heures travail au frais des clients ou même à la maison et bientôt la géolocalisation pour nous
faire intervenir dans les plus brefs délais malgrés nos heures suplémentaires non payées sois-disant récupèrable au jour le jour..
Fenwick va licencier 12% de la masse salariale pour pouvoir récupèrer une meilleur marge que celle prévue par les gestionnaires avant une mise en bourse.


Do Din 22/10/2009 21:52


Vu les fautes d'orthographe, il est temps de renouveler les cadres !



riri14 22/10/2009 20:50


Pour répondre au sujet de la satisfaction du personnel de Carglass fait par une société externe, je confirme que cela n'est pas trop anonyme. Lorsque vous êtes dans un centre de 3 personnes il est
vite fait de savoir qui a donné un mauvais commentaires. Car les résultats donnés à la Direction sont nationale, régionale, et par centre. Ou est l'anonymat? Et quant la Direction a de mauvais
résultat, on nous explique que cela est intolérable lors de nos réunions et je sais de quoi je parle je suis cadre dans cette boite. Je n'ai jamais vu un collaborateur pas ce plaindre de ces
conditions de travail et pourtant ils disent tous du bien lors de la satisfaction parce qu'ils ne sont pas dupe à ce point et ont besoin de leur salaire. Alors ne dite pas n'importe quoi quant
vous'êtes pas réellement dans le vive du sujet. Bravo pour ce reportage qui j'espère vas changer les choses, déjà en premier viré le DG actuel complétement incompétent dans sa fonction et plutôt
mettre le directeur des opérations à la tête de Carglass France car il est plus humain et plus soucieux. Mais bon avec ce reportage tout les cadres supérrieur au chaud au fesse, je vous l'assure.
Nous avons tous été convoqué à une réunion pour chaque région et là ça fait mal. Carglass répare, Carglass remplace, commençons par remplacer le comité de direction, ça sera un bon point.


adn 21/10/2009 10:54


Me tiens à dispo pour renseignements poussés sur Fenwick..................
plan de licenciements en cours???????avec résultats bons pour une année de crise


Joy 18/10/2009 14:52


Il est important que ce thème soit abordé et présenté en prime sur une chaîne national. En tant que médecin du travail en IDF, je regrette que les sociétés mises en avant n'illustrent pas cette
dénonciation.
Notamment pour l'une d'elle, où un cabinet externe composé de sociologues, psy, etc... et je le précise mandaté par le CHSCT ont démontrée une tout autre conclusion.
Il est dangereux d'analyser une situation de travail en se basant uniquement sur une dizaine d'interview et l'observation de rushs. Les experts devraient émettre de sérieuses réserves à leurs
conclusions.


lali 17/10/2009 20:02


Je suis ravie que l on montre la réalité de cette société dans laquelle je travaille et je suis sure que le commentaire flateur sur carglass ecrit précédement a été fait par un des cadres de la
boite !! car pour ce qui est des questionnaire "anonyme" s'est un mensonge destiné à berner les employés et les partenaires, car sinon pourquoi nous confirme til notre identité au debut du
questionnaire n'est ce pas contraire à l anonymat !! allez interroger l ensemble des employés en contact direct avec les clients payés aux lances pierres !!!! vous ver(rez MERCI au réalisateur que
j ai eu l occasion de croiser plus d une fois au siège MERCI pour votre détermination à vouloir dénoncer nos mauvaises conditions de travail !!!!!


rbiguet 17/10/2009 00:33



En même temps je travaille chez Carglass et je ne m'en plains pas du tout....
J'aimerais bien voir ce reportage qui va forcément sortir les côtés  négatifs puisque c est le but précis , certainement en sortant des images bien de leur contexte......
J'espère qu'ils vont aussi montrer les résultats des questionnaires de satisfaction du personnel  effectués par une société externe, les formidables exemples de promotions
internes qui existent, le temps passé à la formation des employés etc etc.....
Certes c une société de services avec toutes ses contraintes, avec des consommateurs, (que nous sommes tous),de plus en plus exigeants.... mais je pense au contraire que Carglass cherche
 à préparer ses employés à affronter ce monde .........sans bien sûr nier le fait que la société a bien un but lucratif et de productivité....en même temps ce n'est pas une association de
loi 1901...
Alors je suis vraiment dans l'attente de voir enfin si les médias sont si objectifs dans leurs reportages et là j'aurais matière à juger.......



michel 11/10/2009 08:36



Bonjour. Ce qui me fait bien rire, c'est la naiveté des capitalistes. "Il nous vendront la corde avec laquelle on va les pendre". Tous les mecs filmés, ils sont déjà finis professionnellement.
Well done, et on en redemande!


 



François (LeBlogTvNews) 06/10/2009 17:53


ça sera bien à l'antenne dans les prochaines semaines ;)


Tompousse 06/10/2009 17:26


Woaw! Enfin un programme qui tape dans le mille. Si ce que vous annoncez est vraiment à l'antenne, ça va buzzer!