Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par pascal

 

 

Incident peu commun ce dimanche soir. L'émission On ne peut pas plaire à tout le monde, animée par le duo Fogiel - Carlier , a connu une soirée mouvementée.

Le plateau envahi par des manifestants peu avant la prise d'antenne, Marc Olivier Fogiel a expliqué en régie que l'émission ne pouvait démarrer...S'en est suivi plus de trois quart d'heure de rediffusion...de l'émission  précédente !

Le retour brusque en direct a eu lieu après 21h45. Installé dans une loge, le duo Fogiel - Carlier était en compagnie de Dominique Besnehard et Charlotte Valandrey.

L'animateur a expliqué que cette "invasion de plateau" était la conséquence d'un appel à manifester de Dieudonné. Mais il a bien précisé que l'humoriste avait été "débordé" selon les propos de ce dernier!  Un long entretien a eu lieu ensuite avec l'actrice Charlotte Valandrey et son agent, au sujet de son livre. Puis avec Muriel Robin.

 

 

Selon le site Les Ogres, Dieudonné leur a téléphoné vers 22 heures depuis le plateau de l’émission. Ses accompagnateurs et les "envahisseurs" sont entourés du public et tout se passe bien. Les CRS ne sont pas intervenus jusque là. Il n’y a pas eu de violences. Nouvel appel de Dieudonné peu avant minuit :

"Je n’ai pas "été débordé" par la situation, contrairement aux affirmations de Marc-Olivier Fogiel. Je suis intervenu dans le studio à la demande du commissaire de police, présent sur place, pour éviter au contraire tout débordement. Il m’a demandé de rencontrer Marc-Olivier Fogiel dans ce but, et pourra témoigner qu’il n’a jamais été question que j’intervienne à l’antenne. J’ai dialogué avec le public et la centaine de manifestants qui avait réussi à entrer, et j’ai expliqué au public les raisons de la manifestation pacifique à laquelle j’avais appelé. Chacun a bien compris si j’en juge par leurs applaudissements nourris. Je me félicite que tout se soit passé sans aucune violence ni dégradation."

 

L'humoriste dit ce lundi matin dans Le Parisien :

"Nous n'aurions pas lancé la pétition si la classe politique ne restait pas silencieuse face au racisme de service public. Les poursuites qui me visaient ont fait la une de sjournaux, alors qu'on n'a consacré que trois ligne sà la condamnation de Marc Olivier Fogiel. Serait-il encore à la télévision s'il avait été condamné pour antisémitisme ? Cette hiérarchie des racismes a un arrière-goût d'injustice pour les Français à la peau noire". 

Fogiel rétorque que Dieudonné n'existe plus que dans la provocation médiatique et qu'il n'est sous le coup d'aucune condamnation puisque l'appel est suspensif.

"Et je n'ai pas attendu Dieudonné pour défendre des idées républicaines et combattre le racisme de façon claire à une heure de grande écoute. En témoigne ma prise de position face au livre de Brigitte Bardot, ou cette semaine encore, le sujet sur la discrimination à l'embauche et le délit de faciès diffusé dans ONPP (...) Et en début d'année, j'ai animé, à la demande du CSA, un débat à l'Institut du monde arabe sur la place des miniorités dans les médias et la société française".

Sur France info ce lundi, Fogiel a déclaré : "L'antenne a été gérée. Je me sens soulagé que l'antenne de France 3 n'ait pas été une nouvelle fois souillée par des propos qui auraient pu être outrageants".