Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 29/10 14h09

 

H_021039003.jpg

 

Flic contre raison d'Etat. Arte propose ce soir à 20h40 La Vénitienne, un thriller politique avec Thierry Frémont qui a obtenu pour ce rôle le Prix de la meilleure interprétation masculine au dernier Festival de la fiction TV de La Rochelle.

 

L'histoire ? Un policier franc-tireur enquête sur le meurtre d’une ancienne résistante qui se transforme en affaire d’État.

 

Téléfilm de Saara Saarela. Scénario : Gilles Perrault, Daniel Psenny. Avec : Thierry Frémont (le commandant Michel Masselot), Hélène Seuzaret (le lieutenant Martine Barrillier), Catherine Samie (Maryvonne Levasseur), Laurent Bateau (Froment), Laurent Terzieff (Jean Lectoure), Lasse Loysti (Nathan Burnstein), Brigitte Catillon (Monique Bergame). Un des derneirs rôles de Laurent Terzieff.

 

Paris. Une bourgeoise octogénaire est assassinée chez elle, après avoir reçu des photos anthropométriques datant des années 1940. La signature de l’assassin laisse penser que ce meurtre a trait au passé de résistante communiste de la victime. Le commandant Masselot, aux prises avec l’IGS pour avoir couvert un collègue, est chargé de l’enquête. Rapidement, il est sommé par sa hiérarchie de clore l’affaire, alors que des liens apparaissent entre cet assassinat et une affaire très médiatisée de rétrocommissions sur des ventes d’armes dans laquelle est mouillé un ancien ministre.

 

Thierry frémont dit avoir été séduit par le scénario : le traitement d’une affaire politique sous l’angle du polar. "Ce film aborde un phénomène très français, celui des malversations issues des ventes d’armes. L’Hexagone est particulièrement présent sur ce marché et ce type de magouilles existe, avec, parfois, sa “caravane” de morts. J’ai trouvé courageux d’aborder ce sujet directement relié à certaines affaires récentes. C’est d’ailleurs la force de la télévision par rapport au cinéma, cette capacité à traiter, à analyser très rapidement certains problèmes d’actualité".

 

A propos de son personnage : "Je joue le rôle de Michel Masselot, commandant de police à la brigade criminelle. Cet homme s’emberlificote dans ses problèmes familiaux, mais, dans son travail, il fait acte de résistance. Au fil de l’enquête, il comprend que l’on cherche à le manipuler et préfère suivre son intime conviction. Masselot est un petit hommage aux flics des années 1970 comme ceux de Serpico ou des Trois jours du Condor, toutes proportions gardées. Ils n’ont pas l’air sérieux mais en réalité ce sont de superpros que l’on ne dupe pas. Pour préparer ce rôle, j’ai rencontré des policiers de la brigade criminelle. Tous se passionnent pour leur boulot. Ils en sont obsédés, comme mon personnage. Le taux de divorce doit avoisiner les 70 % chez cette population. Ils restent parfois quarante-huit heures d’affilée au bureau pour les besoins d’une enquête ! Je me suis reconnu dans cette propension à se laisser happer par son métier. Je n’arrête pas d’y penser ; ça me suit".

 

Crédit photo © Bernard Barbereau.

Related Posts with Thumbnails 

Commenter cet article