Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 31/05/2013 9H40

LAURENTDELAHOUSSEJOU_preview.jpg

 

 

Le redressement judiciaire : on le connait pour les entreprises, mais les paysans, eux aussi, peuvent être touchés. Dans notre pays, les petits ont beaucoup de difficultés : en 10 ans la France a perdu un quart de ses exploitants agricoles.

 

Quelque 200 fermes, souvent familiales, font faillite chaque semaine, souvent au profit de plus gros exploitants. Cette menace de la ruine, Xavier et Louisette la connaissent : ils sont éleveurs de chèvres dans la Creuse alors que le prix du lait s’est effondré ces dernières années. Ou encore Laurent et Pascale, éleveurs de vaches limousines et producteurs de viande, alors que le prix des céréales continuent de flamber. Ils sont tous en redressement judiciaire, parce que les dettes sont allées plus vite que les revenus du travail. L’équipe de 13h15 les a suivis durant plusieurs mois, pour eux tous, le stress domine. L’incertitude sur l’avenir, l’inquiétude pour leurs enfants. Et, malgré tout, l'espoir que le travail et l'acharnement finiront par payer.

 

Un reportage de Rémy Vincent, Matthieu Martin, Antoine Ouvrier, Claire Aubinais et Philippe Aigueperse, à ne pas louper ce samedi.

 

Diffusion sur France 2 lors du magazine "13h15 le samedi" présenté par Laurent Delahousse.

 

Crédit photo © Gilles Gustine - France 2.

 

PAGE D'ACCUEIL.

LES 40 DERNIERS ARTICLES.

RETROUVEZ NOUS SUR CE COMPTE TWITTER.

Related Posts with Thumbnails

Commenter cet article

PEYROT CHEVRY 01/06/2013 14:05


Il est inadmissible et inacceptable de voir des personnes qui travaillent depuis l'enfance 365 jours par an avec des heures importantes ne pas avoir un revenu minimal lorsque leur histoire tourne
mal.


Pourquoi ne pas mettre un système pour les soutenir des dons, des prêts par les particuliers. Je pense que financièrement et moralement cela aiderait ces personnes.


On arrive à sauver les banques, on peut certainement aider et sauver  ces femmes, ces hommes, des fermes qui sont nécessaires à tous.


Merci