Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 12/11 8h35





Sur lepost.fr, Guy Birenbaum rappelle que les médias en ligne vont donc bientôt recevoir, comme la presse traditionnelle,
une aide financière de l’État .


Et s'interroge : "En acceptant une partie de cet argent public, les médias en ligne indépendants ne risquent-ils pas de sacrifier une partie de la belle liberté qui leur permet, jusqu’ici, de bousculer les pouvoirs ; en toute indépendance, justement ?"


Daniel Schneidermann règle le problème avec arretsurimages.net : il annonce sur son site qu'il ne sollicitera aucune forme de subention publique.


Extrait du billet de Daniel Schneidermann :


"D'abord, nous ne voyons pas très bien pourquoi le contribuable nous aiderait. Vous me direz : il aide déjà la vieille presse, à pleins seaux. Ce n'est évidemment pas une raison. Ce n'est pas parce que cette presse est incapable de se moderniser, et de conserver ses lecteurs, que nous devons, jeunes médias prometteurs qui souhaitons changer les pratiques, reproduire ce système pervers.



Ensuite, il faut savoir où nous sommes. Même si nous, sites de presse, remplissons une mission de service public (estimons-nous), celle d'informer, nous ne sommes clairement pas dans le cadre juridique du service public. En ce qui concerne plus particulièrement @si, le service public n'a plus voulu de nous. Il estime aujourd'hui, avec l'assentiment de la majorité parlementaire, qu'une émission critique indépendante du système médiatique n'est pas nécessaire à l'intérieur du service public de l'audiovisuel. Nous sommes donc une entreprise privée, qui ne compte que sur ses abonnés. C'est dommage, ce pourrait être autrement, cela changera peut-être un jour, mais notre histoire, ici et maintenant, est celle-là. Du statut privé, nous avons les inconvénients (il fait moins chaud) et les avantages : personne ne nous dicte rien. Il n'aurait pas de sens d'y mettre un doigt. L'Etat n'est pas dans nos gènes.



Enfin, évidemment, je n'oublie pas la première raison avancée par les quelques uns d'entre vous qui nous poussaient à refuser : la crainte pour notre liberté de ton. Cette raison à joué. Précisons. Je ne crains évidemment pas de censure ni d'autocensure sur les critiques politiques, que nous pourrions formuler. Mais l'exercice de notre métier peut nous amener à nous en prendre, non pas seulement à la politique du gouvernement en place, mais à la personne des responsables politiques, voire à leur honneur. En d'autres termes, par exemple, les traiter froidement de menteurs. S'en prendre à l'honneur de quelqu'un est toujours une redoutable responsabilité. Il ne faut le faire qu'en ayant bien pesé chacun de ses termes, mais je tiens à ce que nous puissions, le cas échéant, continuer de le faire, avec une totale liberté de ton
."


Billet à lire dans son intégralité sur
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2486


Les formules d'abonnement : http://www.arretsurimages.net/abonnements.php



Commenter cet article

Valent1 12/11/2009 11:05


Décision qui l'honore.


Al.3 12/11/2009 08:53


Ce qui me tue, c'est que des sites people vont pouvoir bénéficier de ces aides !!


Franck 12/11/2009 08:44


Courageux :)