Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 12/11 7h31

 

UNLIEUINCERTAIN_210569.JPG

 

Dans le cadre de la collection Fred Vargas, France 2 propose ce vendredi à 20h35 l'inédit Un lieu incertain. Réalisé par Josée Dayan. Scénario et adaptation d'Emmanuel Carrère. Dialogues de Emmanuel Carrère et Gabriel Carrère. D'après Fred Vargas.

 

Avec :

Jean-Hugues Anglade (Jean-Baptiste Adamsberg),

Jacques Spiesser (Adrien Danglard),

Hélène Fillières (Camille Forestier),

Corinne Masiero (le lieutenant Retancourt),

Charlotte Rampling (Mathilde)

Pascal Grégory (Josselin).

 

Ça commence à Londres, à l'orée du cimetière de Highgate, où Danglard et Camille font une macabre découverte : dix-neuf paires de chaussures et, dans chacune de ces chaussures, un pied. Un pied coupé. Ça continue dans un pavillon de la banlieue parisienne, où Adamsberg et Retancourt se trouvent face au massacre le plus bestial de leurs carrières pourtant bien remplies : un corps découpé en tellement de morceaux qu'il n'en reste littéralement plus rien. Comme dit l'homologue autrichien d'Adamsberg, le type qui a fait ça, c'est un Zerquetscher. C'est quoi, un Zerquetscher ? S'il faut traduire, on peut quelque chose comme un écrabouilleur. Par la suite, il s'avère premièrement que le Zerquetscher poursuit une vengeance vieille de trois siècles, deuxièmement qu'il est le fils naturel d'Adamsberg - et Adamsberg, évidemment, ça le perturbe. Ça se finit dans le village d'où tout ça est parti, au fin fond de la Serbie, où a sévi le grand vampire qui repose, ou ne repose pas, dans le lieu incertain. Et quand ça se finit, comme d'habitude, ce n'est pas fini.

 

Emmanuel Carrère, signe sa quatrième adaptation de Fred Vargas pour Josée Dayan. "C’est vrai que, à chaque fois, je trouve cela encore plus amusant de retrouver l’univers de Fred Vargas, sa logique un peu étrange, sa vraisemblance un peu relative – il est évident qu’on est loin de chez Maigret et du réalisme de Simenon – et sa fantaisie parfois tout à fait débridée. Je me souviens que la première fois, quand j’adaptais Sous les vents de Neptune, je m’interrogeais beaucoup, je cherchais un moyen de trouver mon équilibre dans tout ça. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’y nager plus naturellement.

Et puis, il y a le plaisir de retrouver les personnages principaux, qui sont désormais très incarnés pour moi (la première fois, j’ignorais qui les interprèterait). Je pense aux comédiens en écrivant, je les imagine, je me délecte d’avance. J’adore Adamsberg, évidemment, mais j’ai aussi un faible pour Danglard. Depuis le début. Mais ça s’est renforcé depuis que j’ai découvert le jeu de Jacques Spiesser, qui est vraiment extraordinaire. Il y a même parfois, chez Josée Dayan et moi, l’envie de retrouver un personnage qui n’est pas dans le roman, parce qu’on l’aime bien et qu’on se dit qu’il pourrait apporter des choses intéressantes sans pour autant trahir l’histoire. Dans Un lieu incertain, c’est le cas du personnage de Camille, qu’interprète Hélène Fillières, ou de celui de Mathilde, que joue Charlotte Rampling. Josée y tenait beaucoup. Et elle avait raison".

 

Crédit photo © France 2 / Gilles Scarella.

 

Commenter cet article

Luna 04/09/2011 09:34



J'aime beaucoup la façon dont des choses qui n'ont rien à voir ensemble se mêlent aussi bien...


C'est vraiment une très agréable lecture !


 


Comme tu aimes les livres, je me permets de t'informer qu'un concours à lieu sur mon blog afin de faire découvrir à l'heureux gagnant le dernier livre de Sonia Delzongle : Le hameau des purs...
Peut-être l'occasion de faire une jolie découverte ? ;)



GLORIA 25/12/2010 19:37



une superbe adaptation avec de très bons acteurs. Triste d'avoir rater la diffusion sur f2. Vivement le prochain et félicitations à toute la production. Gloria



charles 12/11/2010 10:02



comme à chaque fois qu'Adamsberg pointe le bout de son nez, j'y serai, bien-sûr !


 


trés belle collection : tout est bien là-dedans, de la réalisation aux acteurs en passant par le scénar tiré de l'oeuvre de Fred Vargas ...