Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 18/11 13h50

 

MURDELATLANTIQUEL_225785.JPG

 

Documentaire inédit, réalisé par Jérôme Prieur, ce soir vers 22h45 sur France 2 : Le mur de l'Atlantique.

 

Des milliers de blockhaus et de bunkers dorment toujours à l'arrière des plages et des falaises, le long des côtes de Normandie, du Pas-de-Calais à la Gironde, de Dunkerque à Biarritz. Nous sommes tellement habitués à les voir dans nos paysages de vacances et de bords de mer qu'étrangement ces monuments de béton sont devenus presque invisibles. Pourquoi donc ? Vestige indestructible de la Seconde Guerre mondiale, le Mur de l'Atlantique contient un secret bien gardé. Un secret que personne ne veut connaître depuis bientôt 70 ans.

 

Cette muraille gigantesque a été construite sur l'ordre d'Hitler, sous la conduite de l'Organisation Todt. Mais elle n'a pas été bâtie directement par les Allemands, comme on l'imagine toujours. Elle a fait vivre et même prospérer de nombreuses entreprises françaises, elle a donné du travail, volontaire ou forcé, à plusieurs dizaines de milliers de personnes. À la veille du Débarquement, 300 000 y sont employés qu'il faut aussi loger, vêtir, nourrir… De 1942 à 1944, le chantier du Mur de l'Atlantique a été le poumon de la France de Vichy, la plus importante et la plus compromettante opération de collaboration économique de l'Occupation.

 

Le film de Jérôme Prieur raconte cette sombre histoire, pour la première fois.

 

Intervenants :

Robert O. Paxton, université Columbia, New York ;

Jean-Claude Hazera et Renaud de Rochebrune, coauteurs du livre Les Patrons sous l'Occupation ;

Olivier Wieviorka, École Normale Supérieure, Cachan ;

Claude Malon, Université Paris IV ;

Sébastien Durand, université Bordeaux III ;

Peter Gaida, université de Brême ;

Daniel Lindenberg, Université Paris VIII ;

Fabrice Grenard, Institut d'études politiques de Paris ;

Fabian Lemmes, université de la Sarre ;

Manuel Martin , archives municipales de Fécamp ;

Isabelle Raynaud, doctorante, EHESS ;

Christian Bougeard, université de Brest.

 

"Enfant, je jouais comme beaucoup autour des blockhaus des plages du Cotentin, en Bretagne aussi ou dans les Landes. C’est bien simple, dès que l’on cherchait à les débusquer sur le rivage ou dans la campagne tout autour, ces cubes de béton il y en avait partout, les uns cachés dans les bois, les autres postés en sentinelles pour continuer à surveiller l’Océan. Les années ont passé, les fortifications sont toujours là, patinées par les intempéries, recouvertes de tags et de graffitis, interdites d’accès parce qu’elles sont "dangereuses", toujours à peu près aussi invulnérables. Comme tout le monde, j’ai toujours su que ces ruines du Mur de l’Atlantique portaient la trace de l’occupation par les nazis. C’était devenu un immense décor fantastique.

Et puis, un beau jour, si l’on peut dire, je me suis demandé comment ces monuments de béton avaient été construits. Qui avait bâti cette muraille ? D’où venaient le sable et le ciment, les pelleteuses, les camions, les échafaudages, la main d’œuvre, les entreprises ; d’où venait l’argent et d’où venaient les ordres ?

Alors, j’ai découvert un passé que certains connaissaient il y a très longtemps, un passé que personne n’a jamais vraiment voulu raconter. Un secret gênant dont on serait coupables et complices, un secret honteux puisqu’on a tellement voulu l’oublier depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Une histoire incroyable, une histoire "édifiante". Les témoins de l'époque ne sont plus là pour répondre à toutes nos questions. Mais les rares historiens à s'être penchés sur cet aspect de l'Occupation, éclairent enfin cette page sombre d'une histoire qui nous concerne toujours". Jérôme Prieur.

 

Crédit photo © DR.

Related Posts with Thumbnails 

Commenter cet article