Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par COLE 16/10/2009








Poursuite du tour d'horizon des nouvelles séries de la rentrée 2009/2010 aux Etats-Unis, avec le drama DROP DEAD DIVA diffusé sur Lifetime.


Cast. Ecrit par Josh Berman (Bones). Avec Brooke Elliott, Margaret Cho et Kate Levering (Cashmere Mafia).


Le Pitch. Une mannequin adulée décède dans un accident de voiture et se retrouve réincarnée dans le corps d’une avocate obèse et transparente.


Premier Avis. Au vu du pitch et de la popularité du programme, je vous avouerai que je ne comptais pas même faire la chronique de cette série. Mais ma copine, qui passait alors quelques semaines aux Etats-Unis, est tombée dessus par inadvertance (du moins, c’est qu’elle a prétendu) et elle m’a assuré que c’était vraiment très bon. Connaissant ses goûts en matière télévisuelle qui se résument essentiellement à Gossip Girl et So You Think You Can Dance, je vous avouerai que j’ai avant tout testé ce pilote par curiosité malsaine. Non, non, ma chérie, je rigole tu as les meilleurs goûts du monde. Autant en tout cas que 90210 a un jour des chances de remporter un Emmy Award. Fort heureusement pour moi, seuls vous et moi comprendront cette réflexion.


Alors, Drop Dead Diva est-elle une série « vraiment très bonne » ? Le suspens est tout aussi insoutenable qu’un cliffangher de Ghost Whisperer, je vous l’accorde, puisque la réponse est évidemment non. Cela étant, ce n’est pas si mauvais que cela. On a même affaire à une série fort agréable. Pas crédible pour un sou, miévrissime, peuplée de personnages grossièrement clichés et écrite de façon abrupte, certes mais très divertissante à regarder. Pour comprendre le style de la série, qui est un mélange authentique d’Ugly Betty et de la Vengeance d’une Blonde teinté d’Eli Stone et de Samantha Who, il suffit de comprendre le pitch.


La série démarre donc en nous présentant brièvement les deux héroïnes de la série. Autrement dit, elles ont une scène chacune mais sont tellement stéréotypées que cela suffit amplement à savoir à qui nous avons affaire. A ma droite, la blonde mannequin sans cervelle qui ne prend de repas qu'après 19 heures et à ma droite, la grosse avocate introvertie, talentueuse mais mal dans sa peau. Bon. Et donc, par manque de chance, l’avocate se fait tirer dessus tandis que la blondasse a un accident de voiture. Blondie se retrouve donc au paradis. Et c’est là qu’on retrouve le postulat gigantesque de la série. Donc elle arrive au paradis qui, progrès oblige, est une espèce de gigantesque bâtiment informatisé avec les anges en costard, les ordinateurs derniers cris et le Starbucks. On se serait cru dans une série de Jerry Bruckheimer. Je préférais la vision des 10 commandements mais admettons. Et donc, et je vous jure que c’est vrai, histoire d’emmerder un peu l’ange, la brindille appuie sur le bouton entrée d’un ordinateur et boum, elle se retrouve dans le corps de la grosse Jane. Tiens, ça lui apprendra !


Oui, car comme je vous je le disais, Drop Dead Diva n’a ni queue ni tête, les événements sont d’une grosseur outrancière et la série est d’une légèreté à en décoiffer Katherine Heigl. L’ange, par exemple, explicite clairement à la nouvelle Jane qu’elle ne peut parler de son secret à personne. Pensez-vous, pas plutôt partei, elle court le raconter à sa meilleure amie et l’ange ne dit rien. Ce n’est décidément plus ce que c’étaient les anges. Il y a aussi cette scène géniale où Bella est en voiture (non, vous suivez bien, elle s’appelle toujours Jane mais elle a une tète à s’appeler Bella, donc nous l’appellerons Bella). Rappelons tout de même qu’elle est morte d’un accident de voiture car elle parlait au téléphone tout en refaisant son mascara. Et bien au diable le traumatisme, là revoilà le lendemain de son accident en train de téléphoner en conduisant tout en se rebarbouillant une nouvelle fois de maquillage. J’adore.




Autre exemple, avant de mourir, la blonde était sur le point de se marier avec un bellâtre. Et figurez-vous que cet homme en question vient, comme de par hasard, travailler dans le même cabinet d’avocat qu’elle ! Et là évidemment, on a la rivale un brin salope qui pose son grappin dessus et qui le drague expressément devant la pauvre Bella qui ne peut rien dire. Mais histoire de bien nous asperger d’eau de rose jusqu’à étouffement, le beau gosse sent comme une connexion avec Bella, qu’il ne peut évidemment expliquer. On devine donc qu’il finira par tomber amoureux d’elle (on est sur Lifetime, la chaine qui s’adresse aux ménagères au chômage donc la beauté est forcement intérieure) et tout est bien qui finira bien.


Anecdotiquement, Bella est quand même avocate. Autrement dit, elle a des affaires à plaider. Ne vous affolez pas, on reste dans le registre de la vengeance d’une blonde, c’est donc des affaires d’amourettes à deux balles mais ce n’est pas vraiment l’intérêt de la série de toute façon. Il y a malgré tout une scène surréalistement drôle et qui illustre finalement assez bien l’humour de la série. On a notre chère Bella qui défend une cliente, moche et usée par le temps qui tente d’attaquer son mari Linden Ashby (toujours aussi mauvais rassurez-vous) pour récupérer ses enfants. Evidemment, c’est la gentille et lui c’est le méchant. Sauf que le problème est que vu qu’elle est vraiment trop moche et trop conne, elle n’ose pas l’attaquer car lui, il pète la classe (je vous jure que l’action est présentée de la sorte).


Heureusement la copine de l’avocate, la blonde débile dont je vous parlais au début, arrive et là, on assiste à Extreme Makeover. Vous savez, cette émission de chirurgie esthétique de la TNT où la femme est tellement refaite qu’à la fin qu’on pourrait la placer au musée Grévin, elle ne serait plus capable d’en bouger. Et donc la fameuse cliente hideuse et rabougrie se retrouve soudain canon de beauté et va donc revoir son mari (maintenant qu’elle est belle, elle peut l’attaquer) et là, on se serait cru dans une pub l’Oréal. Elle marche au ralenti, j’ai vu le moment où elle allait s’écrier : ‘Tu as vu, je n’ai plus les cheveux cassants et les pointes sèches !’. Et bon ben là, l’autre con d’Ashby n’a d’autre solution que d’abdiquer évidemment. Les clichés de la beauté renvoyés par la série sont donc nauséabonds mais fait avec tellement d’innocence que finalement, on finit par se prendre au jeu.


Car c’est cela la force de la série si j’ose dire. Tout est si bon enfant, mis en scène avec tellement de gentillesse, de tendresse et d’innocence qu’on n’ose pas réellement lui reprocher tout cela. L’humour de pharmacie ne promet pas des barres de rire mais malgré tout, des moments forts amusants (comme quand Bella découvre qu’en fait, elle est intelligente). Oui c’est cucu, oui c’est concon, mais finalement un peu comme un téléfilm de la série ‘Un jour, une histoire’. Vous savez que c’est mauvais mais qu’importe, vous passez un bon moment. D’autant qu’à défaut de multitude de mièvreries, celle-ci est très rythmé et on ne s’ennuie pas une seconde. C’est tout ce que l’on demande à ce genre de séries.


A conseiller aux fans de : La veangence d’une blonde et séries du type Samantha Who ? ou Ugly Betty (saison 3).


En deux mots. Voilà une petite comédie sympathique, très légère, fleur bleue, innocente, cousu de fil blanc et cliché à mourir mais suffisament rythmée et drole pour nous faire passer un agréable moment. Toutefois, j’aurai préféré voir un principe à la Freaky Friday où la grosse se retrouve également enfermée dans la mince. On peut donc prévoir avec certitude la suite des événements sur au moins deux saisons, dommage.


Note. 5,5/10 .


COLE.


Précédents billets : http://www.leblogtvnews.com/categorie-11131363.html



Commenter cet article

tao 16/10/2009 15:55


Typiquement le genre de série devant laquelle je ne me retourne pas le moins du monde.


Boodream 16/10/2009 15:19


Moi aussi je te trouve trop gentil avec ce truc. Par contre tu as raison un truc à la Freaky Friday aurait été bien, d'ailleurs moi je pensais que ça se passerait comme ça et bin en fait..non. Et
oui franchement, comparer cet espéce d'horreur girly avec Eli Stone c'est pas cool, honte à toi... Tu vas nous faire aussi des pilotes de séries sympas hein??


Lulla 16/10/2009 13:22


Je te trouve étonnamment gentil ! Par contre, c'est pas très sympa de la comparer à Sam Who? Là, c'est tout sauf drôle (oui oui, je sais) et tellement improbable que ça en devient ridicule. Puis
c'est cliché à mort.


Jillij 16/10/2009 12:52


Synopsis sympa :) J'ai souvenir d'un téléfilm nunuche où Marie-Anne Chazel et une nana très sophistiquée, très jolie avaient un accident, se retrouvaient au purgatoire et la belle femme se
retrouvait dans la peau de Chazel.