Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 31/10 6h34

 

FAITES_ENTRER_L_ACCU_preview.jpg

 

Zibha, l'homme du ferry. Un document de Guillaume Maury diffusé hier dimanche 30 octobre à 22h30 sur France 2 dans le cadre du retour de Faites entrer l'accusé.

 

Réalisé par Bernard Faroux. Présenté par Frédrique Lantieri (photo).

 

Voici les débuts de la journaliste dans cette émission :

 

 

A propos du sujet traité :

 

Cette histoire, c’est celle d’une traque éclair, d’une course contre la montre pour mettre la main sur le meurtrier d’Anne-Laure Urvoy, une jeune ingénieure de la centrale nucléaire de Golfech, dans le Tarn-et-Garonne. Quand les gendarmes découvrent son corps, chez elle, dans une flaque de sang, ils soupçonnent très vite son ex-petit ami, Abderrazzak Zibha. Mais le fugitif est déjà en route pour l’Algérie. Un pays qui n’extrade pas ses ressortissants. Qu’à cela ne tienne ! Le parquet de Montauban et les gendarmes de Toulouse vont monter en moins de 24 heures l’une des opérations d’arrestation les plus spectaculaires : pour Zibha, ils ont détourné un ferry. Une première en France.

 

Anne-Laure n’avait que 27 ans. Jeune, brillante, c’était une jeune fille sans histoires et un cadre très apprécié à la centrale nucléaire de Golfech. Quand ses collègues se sont aperçus de son absence, le mercredi 21 novembre 2007, ils se sont tout de suite inquiétés et ont harcelé les gendarmes pour qu’ils se rendent à son domicile. C’est là qu’on la découvre, baignant dans son sang, avec de nombreuses plaies, des fractures, des ecchymoses sur le visage, et une écharpe nouée autour du cou. Sur la scène de crime, pas d’arme ni d’effraction, mais une succession d’indices qui montrent que le meurtrier a tout fait pour retarder la découverte du corps, le temps de se mettre à l’abri… Alors, très vite, les soupçons se portent sur l’ex d’Anne-Laure, un certain Abderrazzak Zibha. Les voisins l’ont vu chez elle ces derniers jours, et il a subitement disparu depuis le meurtre. Et quand l’enquête s’étoffe un peu plus, elle révèle un homme violent aux multiples visages : avec Anne-Laure, de 21 ans sa cadette, il joue l’amoureux transi, tandis qu’en région parisienne, où il réside quand il n’est pas chez elle, c’est un séducteur invétéré qui promet de belles noces et une vie de famille épanouie à chacune de ses conquêtes. Zibha cache un autre secret à Anne-Laure : il est déjà marié.

 

La jeune femme a pourtant cru qu’elle allait l’épouser. Au début de l’année 2007, le couple a même fixé une date. Les préparatifs avançaient. Il ne manquait que l’extrait de naissance du futur époux pour publier les bans. Un futur époux qui esquivait, embourbé dans ses mensonges. Alors, un jour, exaspérée par tant de mystères, Anne-Laure a tout annulé.

 

Avait-elle découvert sa double vie ? Possible. Ce qui est sûr, c’est qu’il a tenté de recoller les morceaux mais qu’elle a refusé de céder. Ce mercredi 21 novembre, le ton est monté, Anne-Laure a lâché le mot de trop. Le mot "qui tue". Zibha s’en est pris violemment à elle. Il l’a battue, lui a asséné trois coups de bêche, avant de l’étrangler et de prendre la fuite. Quand les gendarmes le comprennent, ils ont 24 heures de retard sur le meurtrier. Grâce aux "fadettes", les facturations détaillées de son portable, ils découvrent que l’homme tente de rejoindre l’Algérie. Il est même en mer depuis 6 heures, à bord du Corse. Alors, le parquet tente le tout pour le tout ! La mer est démontée : pas question d’intervenir par hélicoptère, il faut détourner le bateau. L’intervention est une première. Le commandant de bord craint pour la sécurité de ses 300 passagers ; le procureur a peur de se tromper, alors qu’il s’engage dans une opération extrêmement coûteuse pour la SNCM… et la justice !

 

A deux heures du matin, le Corse entre dans la rade de Toulon, où l’attendent les gendarmes de la brigade maritime et ceux de Toulouse. En moins d’une heure, l’opération commando est une réussite. Abderrazzak Zibha avoue. Jugé devant la Cour d’Assises de Montauban, "l’homme du ferry", écope de 27 ans de prison, sans peine de sûreté.

 

Crédit photo © Jean Pimentel -France télévisions.

 

RETROUVEZ-NOUS SUR CE COMPTE TWITTER.

RETOUR PAGE D'ACCUEIL.

LISTE DES 40 DERNIERS ARTICLES.

Related Posts with Thumbnails 

Commenter cet article

Paul 31/10/2011 12:47



Encore une fois, la presse révèle les méthodes de la police (avec la collaboration de celle-ci) pour retrouver les délinquants. Les erreurs du fuyard sont clairement mises en évidence. Je ne
les citerai pas pour ne pas "en rajouter", mais c'est une bonne école pour les délinquants débutants intéressées.