Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 21/11 7h38

 

image001-copie-1.jpg

 

Présenté par Mélissa Theuriau sur M6 ce dimanche 21 novembre 2010 à 20h40, Zone interdite s'interesse à "la France des arnaques"... Faux malades, formations bidons, entrepreneurs fictifs.

 

Chaque année en France, la fraude aux finances publiques coûte près de 40 milliards d’euros aux contribuables. Escroqueries à la Sécurité Sociale, détournements des fonds destinés à la formation professionnelle, faux statuts d’auto entrepreneurs : comment lutter contre ces pratiques abusives ? Qui sont ces petits patrons malhonnêtes qui profitent pour s’enrichir d’un système mal contrôlé ? Enquête.

 

- Matériel défectueux, produits périmés, transports fantômes, ambulanciers fictifs : certaines sociétés d’ambulances ne reculent devant rien pour détourner l’argent de la sécurité sociale, au mépris de la santé de leurs clients. Une fraude estimée à 10 millions d’euros par an. Zone interdite a infiltré une de ces entreprises.

 

- Faux stagiaires, formations surfacturées ou bidon, organismes factices : dans le grand bazar de la formation professionnelle, qui brasse 26 milliards d’euros chaque année, certains sont prêts à toutes les combines pour s’enrichir. Un secteur aux règlementations opaques, où l’argent coule à flots, avec peu de risques de contrôles surprise, puisque seuls 150 inspecteurs sont censés surveiller 50 000 centres de formation !

 

- Pour ne plus payer les charges sociales de leurs salariés, des employeurs peu scrupuleux ont trouvé un nouveau moyen de frauder le fisc : obliger leurs salariés à devenir auto entrepreneurs. Une affaire rentable pour les patrons, mais un drame pour les ex-salariés, puisqu’en adoptant ce statut, ils deviennent simples prestataires de l’entreprise et perdent tous leurs avantages sociaux.

 

 

Commenter cet article

Nathalie 21/11/2010 18:32



Il n'y a pas que les SSII. Les agences intérim et les cabinets de recrutement "cadres" (même l'appellation fait rire) font dans le même genre. Ils démarchent davantage pour chercher des
candidats, au lieu de s'occuper de placer ceux qu'ils ont, mais qui ne "répondent pas aux normes", parce que expérimentés mais faible diplôme. Or, passé 40 ans, c'est l'expérience qui prime. Les
responsables de ces cabinets étant eux, bien souvent, plus diplomés qu'expérimentés, ne peuvent pas comprendre çà.



E. 02/11/2010 17:05



Dans les SSII, le grand truc aussi c'est de mettre les gens en intercontrat sur un projet recherche histoire d'obtenir des subventions. Donc ils mettent des gens qui n'y connaissent rien et qui
ne sont pas motivés sur ses soit-disants projets...par contre dès qu'il s'agit d'avoir une formation pour trouver une vraie mission, "il n'y a pas assez de monde" ou "c'est trop tard pour
s'inscrire"...


Les SSII sont une mine d'or pour des inspecteurs du travail en formation qui voudraient avoir un topo des infractions et escroqueries! ^^



Javert 02/11/2010 15:55



Pour une fois où on s'interesse enfin aux patrons malhonnêtes !