Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 17/05 6h31

SILENCESDETAT_preview.jpg

 

Le ministre de la Santé, Frédéric Dalème, se suicide un soir à l'Élysée d'une balle en pleine tête. Pour gérer la communication de cette crise qui risque de faire des vagues dans l'opinion, le président de la République, Jacques Rohmerieu, décide de s'adjoindre les services d'une spécialiste : Claire Ferran. Confrontée aux spéculations déclenchées par le suicide inexplicable du ministre, médecin humanitaire venu à la politique sur le tard, et à qui tout semblait réussir, Claire Ferran fait des découvertes troublantes.

 

Réalisé par Frédéric Berthe, le téléfilm Silences d'Etat est diffusé ce vendredi en première partie de soirée sur France 2. Scénario de Raphaëlle Bacqué et Nicolas Kieffer. Produit par Zadig Productions.

 

Avec :

Rachida Brakni (Claire Ferran),

Thierry Neuvic (Nicolas Malisewski),

Richard Berry (Jacques Rohmerieu),

Eric Caruso (Shaï Ahmès), Gérard Watkins (Stéphane Ferran), Peter Hudson (Alan Bates), Nick Ralph Amoussou (Jackson Odhiambo), Nancy Tate (Marianne Dalème), Luis Marques (Dalème), Eric Prat (Santamaria) et Thierry Gimenez (Métivier).

 

Rachida Brakni, à propos de Raphaëlle Bacqué, qui signe le scénario avec Nicolas Kieffer : "J’avais lu ses articles dans Le Monde et je savais qu’elle est une observatrice reconnue et respectée du milieu politique français. Pour autant, même si sa signature a suscité mon intérêt, je me suis surprise à lire le scénario de Silences d’État, d’abord comme on lit un bon thriller, efficace, rapide, plein de fausses pistes et de rebondissements. J’ai aimé sa façon d’entrer dans le vif du sujet, de ne pas perdre de temps à expliquer qui est qui, qui fait quoi, d’utiliser le savoir du téléspectateur, ses représentations du monde politique, ses souvenirs. Shaï, Métivier, Santamaria... Tous ces hommes qui s’affairent dans l’entourage du président, ils font déjà partie de notre imaginaire. J’ai aimé aussi le choix d’écarter d’emblée le docu-fiction, de ne pas chercher à traiter une affaire politique en particulier à travers la fiction, comme cela a déjà été fait, mais de se placer du côté de la fable politique. Le président de la République, Jacques Rohmerieu, interprété par Richard Berry, rappelle parfois Nicolas Sarkozy, parfois François Mitterrand ; on évoque la mort de Pierre Bérégovoy, mais l’ombre de celle de François de Grossouvre (à qui Raphaëlle Bacqué a consacré un livre), plane évidemment sur cette histoire de suicide dans un salon de l’Élysée ; le journal en ligne pour lequel travaille ce journaliste interprété par Thierry Neuvic fait penser à des titres existants... C’est une sorte de réalité imaginaire et parallèle, en résonance avec la nôtre, nourrie de la nôtre, jouant avec nos fantasmes, nos tendances à la paranoïa, l’imaginaire du secret et du complot. À tel point qu’à la fin du film, après toutes ces pistes ouvertes, on se demande si on n’est pas passé à côté d’une vérité plus inquiétante encore."

 

Crédit photo © Laurent Denis - France télévisions.

 

Rejoignez-nous sur ce compte Twitter.

Retour à la page d'accueil.

Liste des 40 derniers articles publiés sur le blog.

Commenter cet article