Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 15/06/2011

 

V_COMME_VIAN__preview.jpg

 

Ce mercredi 15 juin, France 2 propose à 20h35 un téléfilm français inédit : V comme Vian. Réalisé par Philippe Le Guay. Scénario Didier Vinson. Musique de Pierre Bertrand-Cagnes.

 

Avec : Laurent Lucas (Boris Vian), Julie Gayet (Michelle Vian), Bernard Le Coq (Raymond Queneau), Anna-Lena Strasse (Ursula Kübler-Vian), Arnaud Simon (Le Major), Didier Flamand (Jean Paulhan), Didier Vinson (Jean D'Halluin), Bernard Verley (Gaston Gallimar) et Christophe Salengro (Miqueut).

 

1946. Le premier roman de Boris Vian, L’Écume des jours, est en lice pour le Prix de la Pléiade, concours littéraire organisé en interne par Gallimard pour ses poulains. Tout le monde s’accorde à dire que Boris Vian sera le grand gagnant de cette édition. Cependant, il est battu par l’obscur Abbé Grosjean… Commence alors pour Boris Vian une longue traversée du désert qui durera jusqu’à sa mort en 1959. Quinze années pendant lesquelles il tentera avec l’énergie de sa jeunesse, mais aussi du désespoir, de prouver à tout le monde et notamment à Gallimard qu’il est un auteur et un grand, quelqu’un sur qui ils peuvent compter.

 

Laurent Lucas : "Le réalisateur, Philippe Le Guay, m’a envoyé le scénario. Il avait envie que je joue Boris parce qu’il trouvait que je lui ressemblais. Moi, pas du tout. Boris était grand et avait un visage un peu de clown triste avec des yeux à la Droopy, très intelligents. Je ne savais pas du tout comment j’allais faire ça. Du coup, je me suis senti totalement libre et je me suis dit : “Je vais interpréter quelqu’un de connu, mais je ne lui ressemble pas. Alors je peux tout me permettre !” Je joue les situations en imaginant l’esprit général du personnage : un homme qui pensait tout le temps à s’amuser de tout. N’importe qui à sa place aurait agi de manière conventionnelle juste pour avoir la paix. Lui, non ! Il transformait, détournait, remettait en question. Alors, moi, je n’allais pas commencer à faire le bon élève".

 

Ce que Laurent Lucas savait de Vian avant : "Vian est ma première belle lecture émotive. On l’a étudié à l’école. A l’époque tout ce qu’on nous obligeait à lire me tombait des mains, à part Frison-Roche. Mais L’Ecume des jours… Non seulement tu le dévore en une soirée mais tu pleures quasiment du début à la fin. A 14 ans, ça fait du bien de découvrir la profondeur de certains livres. Et, quand j’en parle autour de moi, pour les gens de ma génération aussi, Boris Vian est celui qui leur a fait aimer les livres. Plus tard j’ai continué à lire du Vian, ses chansons… Et, je compte plonger bientôt dans ses écrits sur le jazz publiés dans la revue Jazz Hot. Je ne savais pas qu’il était à ce point là considéré comme un spécialiste !"

 

Crédit photo © Bernard Barbereau - France 2.

 

RETOUR PAGE D'ACCUEIL.

LES 40 DERNIERS ARTICLES EN LIGNE

Related Posts with Thumbnails 

Commenter cet article

Yaneck 15/06/2011 21:23



Zut, raté, pourtant, ça a l'air super. Faudra que je le regarde sur pluzz